Faire connaître les enseignements fondamentaux de la Théosophie originale tels qu'ils ont été transmis dans les écrits de H.P. Blavatsky et de W.Q. Judge.

Restez en contact avec "Horizons Théosophiques" en vous inscrivant (libre et gratuit) à la lettre d'information et recevez le sommaire des publications.
LETTRE N°53 – LE MYSTÈRE DE L’INITIATION

LETTRE N°53 – LE MYSTÈRE DE L’INITIATION

Archives Lettres 24 Avr, 2020

Mai – Juin 2020
La prochaine Lettre paraîtra début juillet 2020. Elle aura pour thème : Comment vivre en harmonie avec les animaux ?

↓ Pour télécharger l'audio correspondant ↓

↓ Pour télécharger l'audio correspondant ↓

Programme des activités – Page de la LUT de Paris sur Facebook

PENSÉE DU MOMENT

V53 1« L’objectif de l’initiation vise à l’union du principe Mental (Manas) avec le Soi Supérieur ». (H.P. Blavatsky, Isis Dévoilée, éd. originale, Vol II, p. 565).

« Tous deux, le Bouddha et Jésus, ont enseigné l'amour sans bornes de l'humanité, la charité, le pardon des offenses, l'abnégation et la pitié pour les peuples abusés ; tous deux ont fait preuve du même mépris des richesses, et n'ont fait aucune différence entre meum et tuum, ce qui est à moi et ce qui est à toi. Sans révéler à tous les mystères sacrés de l'initiation, ils ont eu le désir de donner aux ignorants et aux égarés, pour qui le fardeau de la vie était trop lourd, assez d'espérance et d'aperçus de la vérité pour les soutenir dans leurs heures les plus pénibles. Mais les efforts des deux réformateurs ont été détournés de leur but par l'excès de zèle de ceux qui, plus tard, les ont suivis. » - H.P. Blavatsky, La Clef de la Théosophie, p. 95 (éd. Textes Théosophiques).

V53 9« Il y a dans le cœur de chaque créature, ô Arjuna, le Maître — Îshvara — qui, par son pouvoir magique, cause la rotation de toutes les choses et de toutes les créatures sur la roue universelle du temps. » - W.Q. Judge, La Bhagavad-Gita, ch. 18, 61.

« L’initiation figurant une mort volontaire et un salut [ou seconde naissance] obtenu par la grâce. » Apulée, L’Âne d’Or, ou les métamorphoses, I, 21, (éd. Folio, trad. P Grimal).

« Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. » - Bible, Évangile de Matthieu, 7, v. 7-8, trad. Louis Second.

CŒUR DE LA THÉOSOPHIE

Qu'est-ce que l'initiation 

Éléments de définition

V53 5Signification du mot initiation : « De la même racine que le latin initia qui signifie les principes premiers ou de base de n'importe quelle science. La pratique de l'initiation ou de l'admission dans les Mystères sacrés, enseignés par les hiérophantes et les prêtres instruits des temples, est un des plus anciens usages. Elle avait cours dans toutes les religions nationales antiques. En Europe elle fut abolie avec la chute du dernier temple païen. Il n'existe actuellement qu'une espèce d'initiation connue du public, et c'est celle aux rites maçonniques. [...] Dans les temps glorieux de jadis, les Mystères, d'après les plus grands philosophes grecs et romains, se rangeaient parmi les solennités les plus sacrées aussi bien que bienfaisantes, et faisaient beaucoup pour promouvoir la vertu. Les Mystères représentaient le passage de la vie mortelle en la mort finie [temporaire, ou relative], et les expériences de l'Esprit et de l'Âme désincarnée dans le monde de la subjectivité. [...] » - Glossaire Théosophique (éd. Adyar).  

Sens du mot initié : « Du latin Initiatus. Désignation de quiconque a été reçu dans les secrets et mystères soit de la Maçonnerie soit de l'occultisme, secrets qui lui ont été révélés. Aux temps antiques, ceux qui avaient été initiés à la connaissance secrète enseignée par les hiérophantes des Mystères. Et dans nos temps modernes ceux qui ont été initiés par la science des adeptes du savoir mystique dans la mystérieuse connaissance qui, en dépit du passage des âges, n'a encore sur terre qu'un très petit nombre de vrais sectateurs [représentants]. » - Glossaire Théosophique (éd. Adyar).

La perfectibilité sans limite de l’être humain

V53 2La Théosophie, « par sa logique, sa cohérence, sa philosophie profonde, sa miséricorde et son équité divines, la doctrine de la réincarnation n'a pas son égale au monde. C'est une croyance dans un progrès perpétuel de tout Ego ou âme divine qui se réincarne, dans une évolution qui va de l'extérieur vers l'intérieur, depuis le matériel jusqu'au spirituel et qui conduit, à la fin de chaque étape, à une unité absolue avec le Principe divin. S'élever d'un état d'énergie à un autre, passer de la beauté et de la perfection d'un plan à la beauté et à la perfection encore plus grandes d'un autre plan, parvenir à des niveaux toujours plus élevés de gloire, de connaissance et de puissance à chaque nouveau cycle, telle est la destinée de tout Ego, qui devient ainsi son propre Sauveur dans chaque monde, et à chaque incarnation. » - H.P. Blavatsky, extraits de La Clef de la Théosophie, p. 170.

L’Esprit dans l’homme

V53 10« Le système postule que l'esprit dans l'homme, lshwara (le Seigneur), « n'est pas affecté par les causes d'affliction, les œuvres, les fruits des œuvres ou les désirs », et que si une ferme position est prise en vue du but à atteindre (l'union avec l'esprit par la concentration) il vient à l'aide du soi inférieur et l'élève graduellement à des plans supérieurs. Dans ce processus, la volonté acquiert par degrés une tendance de plus en plus forte à agir suivant une ligne différente de celle qui est tracée par la passion et le désir. Ainsi, elle se libère de la domination du désir et finit par subjuguer le mental lui-même. Mais, tant que la perfection de la pratique n'est pas atteinte, la volonté continue d'agir selon le désir, à ceci près que le désir est alors tourné vers des préoccupations plus élevées et plus éloignées des choses de la vie matérielle.

V53 11« L'Isolement de l'Âme dans cette philosophie ne signifie pas qu'un homme s'isole de ses semblables en devenant froid et rigide. Il signifie seulement que l'Âme est isolée ou libérée de l'esclavage de la matière et du désir, et devient par là capable d'agir en vue d'accomplir le but de la Nature et de l'Âme, incluant toutes les âmes sans exception. Ce but est clairement exposé dans les Aphorismes du Yoga [de Patanjali]. De nombreux lecteurs ou penseurs superficiels, sans parler de ceux qui s'opposent à la philosophie hindoue, ne manquent jamais d'affirmer que les Jivanmuktas, ou Adeptes, se séparent de toute vie avec les hommes, de toute activité et de toute participation aux affaires humaines, en se retirant sur d'inaccessibles montagnes où aucun cri humain ne peut atteindre leurs oreilles. Une telle accusation est directement en opposition avec les principes de la philosophie qui précisément fournit la méthode et le moyen permettant d'atteindre un tel état. Ces grands êtres sont certainement inaccessibles à l'observation humaine, mais, comme la philosophie l'expose clairement, ils ont toute la nature pour objet, et ceci inclut tous les hommes vivants. Ils peuvent ne pas sembler prendre de l'intérêt pour les progrès et les améliorations ; mais ils travaillent derrière la scène de la véritable illumination jusqu'au moment où les hommes seront capables de supporter leur apparition dans leur forme mortelle. » - W.Q. Judge, Les Aphorismes de Patanjali, Préface, (éd. Textes Théosophiques).

Les initiés : qui sont-ils ?

V53 13« Les Frères Aînés de l'humanité sont des hommes qui ont atteint un stade de perfection dans des périodes d'évolution antérieures. Les évolutionnistes modernes ignorent le nombre de ces périodes de manifestation mais elles étaient connues non seulement des anciens hindous mais aussi des grands esprits et des hommes éminents qui instituèrent les Mystères de la Grèce et les perpétuèrent sous leur forme primitive, pure et non dégradée. » […] « Un Mahâtma doué de pouvoirs sur l'espace, le temps, le mental et la matière, est possible, précisément parce qu'il est un homme arrivé à la perfection. Tout être humain possède le germe de tous les pouvoirs attribués à ces grands Initiés, la seule différence résidant dans le fait qu'en général nous n'avons pas développé ce que nous possédons en germe, tandis que le Mahâtma a passé par la discipline et l'expérience qui ont suscité en lui le développement de tous les pouvoirs humains invisibles, et lui ont conféré des dons qui semblent divins à ses frères moins avancés qui luttent encore. ». W.Q. Judge, extraits de L’Océan de Théosophie (pp. 6, 13).

« L’éthique est l'âme de la Religion-Sagesse, et parce qu'elle fut autrefois la propriété commune des Initiés de toutes les nations. » - H.P. Blavatsky, extraits de La Clef de la Théosophie, p. 27.

Les conditions pour devenir un disciple

V53 14On pourra se demander : Quelles sont les conditions à remplir et les étapes à franchir pour devenir un disciple ? Comment trouver un vrai Maître, et quelles sont les conditions requises ? Comment le candidat saura qu’il est accepté ?

Voici quelques éléments de réponse :

« Vous devez donc atteindre un point plus élevé que le vôtre actuellement, avant même de pouvoir demander à être accepté en tant que disciple (chéla) à l'essai. Tous les candidats entrent de cette manière dans la Loge invisible, qui est dirigée par des Lois renfermant en elles-mêmes leur propre exécution, sans besoin d'agents d'aucune sorte pour les appliquer. N'allez pas imaginer non plus qu'un tel disciple (chéla) en probation travaille sous la direction constante et connue d'un Adepte, ou d'un autre disciple (chéla). Il est au contraire soumis à des tests et des épreuves pendant sept ans au moins, et peut-être beaucoup plus, avant d'arriver au point où il sera accepté (et préparé pour la première d'une série d'initiations, couvrant souvent plusieurs incarnations), ou rejeté. » - W.Q. Judge, Les Lettres qui m’ont aidé, pp. 77-7 (éd. Textes Théosophiques).

V53 18e« Nous apprenons que les qualifications requises d'un disciple (chéla) étaient les suivantes :

« 1° Une santé physique parfaite.

« 2° Une pureté physique et mentale absolue.

« 3° Un désintéressement d'intention, une charité universelle, de la pitié pour tous les êtres animés.

« 4° Une parfaite droiture et une foi inébranlable dans la loi de Karma, indépendante de l'intervention d'aucune force de la Nature, le cours de cette loi ne pouvant être arrêté par aucun agent, ni modifié par l'action de la prière ou de cérémonies exotériques propitiatoires.            

« 5° Un courage intrépide en toute circonstance, même au péril de sa vie.

« 6° La perception intuitive d'être le véhicule d'Avalokiteshvara manifesté ou du divin Âtma (Esprit).

« 7° Une juste appréciation et une calme indifférence pour tout ce qui constitue le monde objectif ou transitoire, dans sa relation avec les mondes invisibles. » (Raja Yoga ou Occultisme, « Chélas et Chélas laïques »)

Enfin, la Loge des Maîtres est occulte. Rien n’est connu, ni adresse, ni membre, ni les méthodes, ni les fonctions.

V53 4Le Maître spirituel accompagne l’étudiant et « le conduit et l'introduit dans un monde qui lui est totalement étranger. Car le monde est celui de la CAUSALITÉ invisible mais toujours très puissante, fil subtil, mais indissoluble, qui est l’action, l’agent et le pouvoir de Karma ; et Karma lui-même est dans le champ du mental divin. Une fois qu’il possède la connaissance, un Adepte ne peut plus prétendre à l’ignorance, même dans le cas d’une action bonne et méritoire dans son motif mais produisant un résultat néfaste ; car la connaissance dans ce domaine mystérieux donne le moyen à l’occultiste de prévoir les deux voies qui s’ouvrent devant toute action, préméditée ou non, et lui permet ainsi de savoir avec certitude quels seront les résultats dans l'un ou l'autre cas. » (H.P. Blavatsky : Raja Yoga ou Occultisme, « Occultisme pratique », p. 42).

V53 6« Ce n'est pas tellement l'étude de nous-mêmes que la préoccupation des autres qui ouvre cette porte. » […] « Vivez bien votre vie. Cherchez à réaliser le sens de chaque événement. Efforcez-vous de trouver le Toujours-Vivant et attendez de recevoir plus de lumière. Le véritable Initié ne se rend pas parfaitement compte de ce qu'il traverse jusqu'à ce qu'il ait « reçu son degré ». Si vous luttez pour atteindre la lumière et l'Initiation, souvenez-vous que vos soucis vont s'accroître, vos épreuves devenir plus serrées, votre famille manifester de nouvelles exigences à votre égard. Celui qui peut comprendre et traverser ces difficultés avec patience, sagesse et sérénité, celui-là est en droit d'espérer. » […] « Jadis, il était écrit au-dessus de la Porte : « Abandonnez l'Espérance, vous tous qui entrez ici ». - W.Q. Judge, extraits de l’article « Méditations sur le Sentier du vrai Théosophe » (Cahier Théosophique, n°2).

La seconde naissance

« Cherche celui qui doit te donner naissance (*) dans la Salle qui est au-delà, la Salle de Sagesse, où toutes les ombres sont inconnues et où la lumière de la vérité resplendit d'une gloire inaltérable. » H.P. Blavatsky, extrait de La Voix du Silence, p. 22.

(*) Il s'agit de l'Initié qui, par la Connaissance qu'il donne à son disciple, le guide vers sa naissance spirituelle - ou seconde naissance. Pour cette raison, il est appelé Père, Guru, ou Maître.

LA CHRONIQUE (PASSÉ, PRÉSENT, FUTUR)

Le but de la vie

V53 22« Le grand but est d'atteindre à la soi-conscience, non par l'entremise d'une race, d'une tribu ou d'une nation privilégiée, mais par le perfectionnement graduel - après transformation - de toute la masse de matière comme de ce que nous appelons maintenant âme. Rien n'est, ni ne sera laissé de côté. Le but pour l'homme actuel est son initiation à la connaissance complète et, pour les règnes qui lui sont inférieurs, leur élévation progressive de stade en stade, afin qu'eux aussi soient initiés en leur temps. Telle est l'idée d'évolution dans toute sa puissance et c'est une perspective magnifique ; elle fait de l'homme un dieu, et donne à tout ce qui fait partie de la nature la possibilité d'atteindre un jour ce même état. Il y a de la force et de la noblesse en cette idée, car aucun homme n'en est amoindri ou rabaissé, et nul n'est originellement si grand pécheur qu'il ne puisse s'élever au-dessus de tout péché. » - W.Q. Judge, extraits de L’Océan de Théosophie (p. 65).

Résurrection ou initiation : droit spirituel de naissance de chaque être humain

V53 24« La première clef à employer pour décrypter les obscurs secrets cachés dans le nom mystique du Christ est celle qui ouvrait la porte des anciens mystères des Aryens, Sabéens et Egyptiens primitifs. Universelle était la Gnose qu'a supplantée le système chrétien. Elle était l'écho de la religion-sagesse primordiale qui avait été jadis l'héritage de toute l'humanité : pour cette raison, on peut dire en vérité que, dans son aspect purement métaphysique, l'Esprit du Christ (le divin Logos) a été présent dans l'humanité depuis son commencement. […] Le mystère de Christos — qui, comme on le suppose maintenant, aurait été enseigné par Jésus de Nazareth — « était identique » à ce qui, depuis le tout début, avait été communiqué « à ceux qui étaient dignes » […]. Nous pouvons apprendre [d'après le sens] de l'évangile Selon st Luc [20, 35-36] que ceux qui étaient « dignes » étaient ceux qui avaient été initiés aux mystères de la Gnose : « ils étaient jugés dignes » d'atteindre cette V53 25« résurrection d'entre les morts » dans la vie actuelle [...] « ils savaient qu'ils ne pouvaient plus mourir, étant semblables aux anges ; ils étaient fils de Dieu, étant fils de la résurrection ». En d'autres termes, ceux-là étaient les grands adeptes de n'importe quelle religion ; et les mots sont également valables pour tous ceux qui, sans être des Initiés, s'appliquent et réussissent, par leurs efforts personnels, à vivre la vie et à atteindre l'illumination spirituelle qui résulte naturellement de l'union intime de leur personnalité (le « Fils ») avec le « Père », leur Esprit divin individuel, le Dieu qui est en eux. En aucun cas cette résurrection ne saurait être monopolisée par les chrétiens : elle est le droit spirituel de naissance de chaque être humain qui est doué d'âme et d'esprit — quelle que puisse être sa religion. Un tel individu est un homme-Christ. Par contre, ceux qui choi­sissent d'ignorer le Christ (comme un principe) en eux-mêmes, sont condamnés à mourir comme des païens non régénérés — sans que baptême, sacrements, prières du bout des lèvres et croyance dans les dogmes n’y puissent rien.

V53 23« S'il veut suivre cette explication, le lecteur ne doit pas oublier le vrai sens archaïque de la paronomase offerte par les deux termes Chrêstos et Christos. À coup sûr, le premier a plus que le simple sens d'homme « bon », ou « excellent », tandis que le second n'a jamais été appliqué à aucun être humain vivant, mais seulement à chaque Initié, au moment de sa seconde naissance et de sa résurrection (*). Celui qui découvre Christos en lui-même, et le reconnaît comme sa seule « voie », devient tout à la fois un fidèle et un Apôtre du Christ, même s'il n'a jamais été baptisé, s'il n'a jamais rencontré un « chrétien », ou, bien plus, s'il ne s'est jamais appelé lui-même de ce nom. »

H.P. Blavatsky, article « Le caractère ésotérique des Evangiles »
(Cahier Théosophique n°162, éd. Textes Théosophiques).

(*) « En vérité, en vérité, je te le dis : “nul, s'il ne naît d'eau et d'Esprit”, ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jean, 3, 5). Ici, il s'agit de la naissance d'en-haut, la naissance spirituelle, qui est réalisée à la suprême et dernière initiation. [Cf. Jean, 3,3 : « À moins de naître d'en haut (en grec : anôthen), nul ne peut voir le royaume de Dieu. »]

Le pèlerinage terrestre

V53 21« Chaque fois que l'un d'entre nous aura progressé sur le chemin de la perfection, il sera toujours poussé à aider et à consoler ceux qui font partie de la même famille. » […] « Nous revenons sur terre parce que c'est sur terre et en compagnie d'autres êtres sur terre que nos actes furent accomplis, parce que c'est le seul lieu approprié où châtiment et récompense puissent être rendus avec justice, parce que la terre est le seul endroit naturel pour continuer la lutte vers la perfection, pour développer les facultés que nous possédons et détruire la méchanceté qui est en nous. La justice envers nous-mêmes et envers les autres l'exige, car on ne peut vivre rien que pour soi, et il serait injuste de permettre à certains d'entre nous de s'évader alors que ceux qui participèrent à nos actions resteraient ici, ou seraient plongés dans un enfer de durée éternelle. » - W.Q. Judge, extraits de L’Océan de Théosophie (pp. 76, 88-9)

« Enfin, les sages expliquent que le fait que certaines idées soient communes à la race entière est dû à la réminiscence de ces idées qui furent implantées dans le mental humain tout au début de sa carrière évolutive sur cette planète par les frères et les sages qui avaient appris leurs leçons et atteint leur perfection dans des âges antérieurs, bien avant que ne commençât le développement de ce globe. […] Ces idées innées furent enseignées à la masse des Egos engagés dans l'évolution de cette terre ; elles furent gravées, marquées en caractères de feu dans leur nature et reviennent toujours à la mémoire ; elles suivent l'Ego à travers le long pèlerinage. » - W.Q. Judge, extraits de L’Océan de Théosophie (p. 92)

Le sentier du disciple et les degrés d’initiation

V53 16« En dehors des mystères de l'initiation, le mystique ne peut recevoir aucune garantie que ses expériences, ses recherches, la connaissance qu'il obtient dans un état quelconque de conscience sont exactes. » […] « En exerçant uniquement les pouvoirs psychiques, on ne peut réaliser de véritables progrès : on ne fait que jouir de ces pouvoirs, comme d'une sorte d'alcool, sur le plan astral, ce qui amènera un karma défavorable. Le véritable sentier vers la sagesse divine réside dans l'accomplissement altruiste de notre devoir, là même où nous nous trouvons, car ainsi nous transmuons notre nature inférieure en supérieure, en suivant les directives de Dharma — le Devoir, sous tous ses aspects. » - M. Joti, article « Clairvoyance ».

Informations complémentaires sur les étapes et épreuves du sentier initiatique, ainsi que les degrés d’initiations :

ARTICLES ET DOCUMENTS

Il est proposé à la lecture (pour en savoir plus) :

- Lettre n°51 : La naissance spirituelle.
- Lettre n°49 : L’éthique universelle.
- Lettre n°28 : Le printemps et le mystère de la résurrection.
- Lettre n°27 : Les vœux de nouvel-an.
- Lettre n°18 : La Voix du Silence.
- Lettre n°12 : Les Maîtres de sagesse.

- Ouvrage d’H.P. Blavatsky, La Voix du Silence.

- Article de M. Joti, « Clairvoyance ». (Cahiers Théosophiques, N°14). 
- Article de Blavatsky, « Le caractère ésotérique des Évangiles » (Cahiers Théosophiques n°162-4).
- Article de W.Q. Judge : « Que sont les dons spirituels ? Comment les acquérir ? » (Cahier Théosophique n°2). [lien vers theosophie.fr]
- Article de W.Q. Judge : « Méditations sur le sentier du vrai Théosophe » (Cahier Théosophique n°2). [lien vers theosophie.fr]
- Article : « Un grand livre initiatique : la Bhagavad-Gîtâ ».

- Note complémentaire sur « Le mystère de l’initiation  » (extrait de la Doctrine Secrète, et divers).

MÉDIATHÈQUE

Il est proposé :

↓ Pour télécharger l'audio correspondant ↓

.

↓ Pour télécharger l'audio correspondant ↓

.

↑ Remonter la page