Vendredi 19 Octobre 2018

Mis à jour le Ven. 19 Oct. 2018 à 09:37

Retour Pensée du Moment

Pensée du moment

Les idées innées

AddThis Social Bookmark Button

v43 1« Le Phèdre de Platon expose tout ce que l'homme fut une fois et ce qu'il peut encore devenir. "Avant que l'esprit de l'homme soit tombé dans la sensualité et qu'il se soit incorporé en elle par la perte de ses ailes, il vivait parmi les dieux dans le monde aérien [spirituel] où tout est vrai et pur." Dans le Timée il dit que "il fut un temps où l'humanité ne se reproduisait pas, mais où elle vivait comme des esprits purs". Dans le monde à venir, dit Jésus, "ils ne se marient ni ne sont donnés en mariage", mais, "ils vivent comme les Anges de Dieu dans le Ciel". (Isis Dévoilée, ed. Adyar, II, 385/6 – Isis Unveiled, II, p. 354)
« Dis-lui, ô aspirant, que la véritable dévotion pourra lui ramener la connaissance, cette connaissance qui fut sienne dans les incarnations passées. La vue-deva et l'ouïe-deva ne sont pas obtenues en une seule et brève naissance. » (H.P. Blavatsky, La Voix du Silence, p. 55).
« Celui qui est parfaitement consacré verre, dans le cours des temps, la connaissance spirituelle, jaillir spontanément en lui. » (La Bhagavad-Gîtâ, ch. IV, v. 38). 

Le côté occulte de la nature

AddThis Social Bookmark Button

V42 1Madame Blavatsky précise, dans La Doctrine Secrète, que le but de son ouvrage est « de montrer que la Nature n’est pas “une conjonction fortuite d’atomes”, et de donner à l’homme sa place légitime dans l’organisation de l’Univers ; de sauvegarder de la dégradation les vérités archaïques qui forment la base de toutes les religions ; de révéler, dans une certaine mesure, l’unité fondamentale dont elles sont toutes issues ; enfin, de montrer que le côté occulte de la Nature n’a jamais été abordé par la Science de la civilisation moderne. » – The Secret Doctrine, Préface, Édition originale anglaise.

« Si tu aimes la nature, tu aimes les hommes. Si tu hais l’homme, tu hais la nature, car les deux sont inséparables. » – Aphorisme Mongol.

L'Âge actuel

AddThis Social Bookmark Button

V41 NZ1« Dans le kali yuga [l’âge sombre actuel], nous sommes hypnotisés par l'effet de l'immense masse d'images contenues dans la lumière astrale, formée de tous les actes, pensées, etc., de nos ancêtres dont la vie a tendu vers le côté matériel. Ces images influencent, par suggestion, l'homme intérieur qui en a conscience. Dans un âge plus lumineux, l'influence de ces images tendrait vers la Vérité. L'effet de la lumière astrale, telle qu'elle a été modelée et peinte par nous, subsistera tant que nous continuerons à y imprimer de telles images ; c'est de cette manière qu'elle devient notre juge et notre bourreau. Chaque loi universelle contient ainsi en elle-même les moyens de sa propre réalisation, et de la punition qui suit sa violation : elle ne requiert aucune autre autorité pour la promulguer ou appliquer ses décrets. » – W.Q. Judge, extrait des Échos de l’Orient, pp. 168. (lecture du livre sur la vidéo)

Symbolisme des chiffres

AddThis Social Bookmark Button

l40 v01« Pour se servir d'une métaphore, [comparée à] la lumière blanche du spectre solaire, chaque religion n’est seulement que l'une des sept couleurs prismatiques. Chaque rayon de couleur, méconnaissant tous les autres et les déclarant faux avec mépris, prétend non seulement à la suprématie mais affirme être cette lumière blanche elle-même, en condamnant même ses propres nuances de teinte, du clair au foncé, comme autant d'hérésies. Cependant, de même que le soleil de la vérité se lève toujours plus haut au-dessus de l'horizon de la perception des hommes, et que chaque rayon de couleur s'estompe peu à peu jusqu'à ce qu'il soit complètement réabsorbé à son tour, l'humanité finira bien par ne plus être affligée par des polarisations artificielles, pour se trouver alors baignée dans la pure lumière solaire incolore de la vérité éternelle. Et ce sera la vraie Theosophia. » – H.P. Blavatsky, La Clef de la Théosophie, p. 73.

« Il est dit que chaque être a une valeur mathématique distincte qui s'exprime par un nombre. Celui-ci est le composé ou la résultante d'un nombre infini de valeurs plus petites. Quand on le connaît, on peut produire des effets extraordinaires non seulement dans le mental, mais aussi dans les sentiments, et ce nombre peut être découvert par certains calculs plus profonds encore que ceux de nos mathématiques supérieures. » – W.Q. Judge, article « Qu’est-ce que l’occultisme ? » – Cahier Théosophique n°7.

La Bhagavad-Gîtâ ou Chant céleste

AddThis Social Bookmark Button

« Est cher à mon cœur celui de mes fidèles qui est sans inimitié, bienveillant envers toutes les créatures, miséricordieux, exempt d’orgueil et d’égoïsme, le même dans la souffrance et dans la joie, patient dans l’injustice, satisfait, d’un zèle constant, maître de soi, ferme dans ses résolutions et dont le cœur et la pensée sont fixés exclusivement sur moi. » Chp. XII, versets 13-14, Bhagavad-Gîtâ de W.Q. Judge.

Vous êtes le véhicule de l'humanité toute entière

AddThis Social Bookmark Button

 

V38 ph1« La vie d'altruisme est moins un haut idéal qu'une question de pratique, […] c’est la note tonique de la Théosophie, et le remède à tous les maux ; […] le premier but est : la FRATERNITÉ UNIVERSELLE. »
« Réalisez en vous-mêmes que vous êtes le véhicule de l'humanité tout entière, considérez le genre humain comme une partie de vous-mêmes, et agissez en conséquence. »
« L'Éthique de la Théosophie a plus d'importance que toutes les divulgations de lois et de faits psychiques. Ces derniers ont trait entièrement à la partie matérielle et éphémère de l'homme septuple, mais l'Éthique pénètre en profondeur pour toucher l'homme réel : l'Ego qui se réincarne. Extérieurement, nous sommes les créatures d'un seul jour ; intérieurement, nous sommes éternels. Apprenez donc bien les doctrines de Karma et de Réincarnation. » ― H.P. Blavatsky, citations tirées des Cinq messages.

Pensées sur la nature

AddThis Social Bookmark Button

 

V37 p5

« Cherche cette sagesse en servant, par une puissante recherche, au moyen de questions et de l'humilité ; les sages qui voient la vérité te la communiqueront et, la connaissant, jamais, tu ne retomberas dans l'erreur. Par cette connaissance tu verras toutes choses et toutes créatures en toi-même d'abord et ensuite en moi [Krishna] » « Celui qui est ainsi consacré et sans péché obtient sans difficulté la félicité la plus haute : l'union avec l'Esprit Suprême. L'homme qui est pénétré de cette consécration et qui voit l'unité de toutes les choses perçoit l'Âme Suprême dans tout et tout dans l'Âme Suprême. Celui qui me voit en toutes choses et voit toutes choses en moi ne se détache pas de moi et je ne l'abandonne point. » – Bhagavad-Gîtâ, ch. IV, v. 35-36, Ch. VI, v. 28-30.
« L’humanité est l’enfant d’une Destinée cyclique, et aucune de ses Unités ne peut échapper à sa mission inconsciente, ou se débarrasser du fardeau de son travail de coopération avec la nature » – H.P. Blavatsky, The Secret Doctrine, II, p. 446.
« L'évolution, pour élaborer les futures humanités, commence son travail dans les degrés inférieurs de l'être. Aussi, en tuant un animal supérieur, ou même un insecte, nous arrêtons le progrès d'une entité en marche vers son but final dans la nature ― L'HOMME. Et à cela, l'étudiant de la philosophie occulte peut dire « Amen », et ajouter que non seulement cet acte retarde l'évolution de cette entité mais il arrête aussi celle de la race humaine. » – H.P. Blavatsky, « Les animaux ont-ils une âme ? » (Cahier Théosophique N°170, p. 9).
« Le Sage suit et copie servilement le travail de la nature » - W.Q. Judge.

Le soleil spirituel

AddThis Social Bookmark Button

« V36 3Dévoile, Ô Toi qui soutiens l'Univers, de qui tout procède, à qui tout doit retourner, cette face du Vrai Soleil que cache maintenant un vase de lumière d'or, afin que nous puissions voir la vérité, et remplir tout notre devoir pendant notre voyage vers ton centre sacré. » – W.Q. Judge, article « Un commentaire sur la Gayatri » Cahier Théosophique, n°94.

 

La fonction des théosophes

AddThis Social Bookmark Button

v35 accueil 1« Il n’y a pas de Religion au-dessus de la Vérité ». Aphorisme.
« La fonction des théosophes est d'ouvrir le cœur et l'entendement des hommes à la charité, à la justice et à la générosité, attributs qui appartiennent spécifiquement au règne humain et sont naturels à l'homme quand il a développé les qualités d'un être humain. La Théosophie apprend à l'homme animal à devenir un homme humain ; quand les êtres auront appris à penser et à sentir comme les véritables êtres humains devraient sentir et penser, ils agiront alors avec humanité et tous accompliront spontanément des œuvres de charité, de justice et de générosité » ‒ H.P. Blavatsky, Les cinq messages, pp. 20/1.
« Permettez-moi de vous rappeler brièvement quels sont les principes [pour promouvoir une Fraternité entre tous les hommes] : l'unité et la causalité universelles, la solidarité humaine, la loi de karma, la ré-incarnation. Ce sont là les quatre anneaux de la chaîne d'or qui devrait unir l'humanité en une seule famille, en une seule Fraternité universelle ». ‒ H.P. Blavatsky, La Clef de la Théosophie, p. 247.

Aphorismes sur la Nature

AddThis Social Bookmark Button

Image 1« On ne commande à la nature qu'en lui obéissant ». Francis Bacon.
« Il n’y a pas de matière morte dans la Nature » – H.P. Blavatsky, article « Transmigration des atomes vitaux ».
« Une pierre devient une plante, une plante un animal, un animal un homme, un homme un esprit, et un esprit un dieu » – Axiome cabaliste, Isis Dévoilée, (éd. originale, p. xxxvii).
« Toute connaissance, tous les arts se trouvent dans la nature. Si nous l'interrogeons convenablement, elle nous révélera les vérités qui se rapportent à chacun d'eux et à nous-mêmes. Qu'est-ce que la nature en action, si ce n’est la divinité elle-même manifestant sa présence ? Comment devons-nous l'interroger ; et comment nous répondra-t-elle ? Nous devons procéder avec foi, avec la ferme certitude de découvrir à la fin toute la vérité ; et la nature nous fera connaître sa réponse, par l'intermédiaire de notre sens intérieur, qui avec l'aide de notre connaissance d’un certain art ou science, nous révèle la vérité si clairement que tout doute devient impossible » – Citation d’Hippocrate d’après P.J.G. Cabanis dans ses propos sur l’histoire de la médecine – Isis Dévoilée, (éd. originale, pp. 424/5).