Vendredi 18 Octobre 2019

Mis à jour le Ven. 18 Oct. 2019 à 18:27

Retour La Chronique L’Unité spirituelle et le respect de toute la Nature

L’Unité spirituelle et le respect de toute la Nature

AddThis Social Bookmark Button

V42 8

« Ayant fixé son mental en repos sur le vrai Soi, il ne devrait penser à rien d’autre… Quel que soit l’objet vers lequel se dirige son mental inconstant, il devrait le subjuguer, le ramener et le placer sur l’Esprit. Une béatitude suprême sera certainement la récompense du sage dont le mental est ainsi en paix, dont les passions et les désirs sont ainsi maîtrisés, qui est ainsi dans le Soi véritable et qui est libre de péché. Celui qui est ainsi consacré et sans péché obtient sans difficulté la félicité la plus haute : l’union avec l’Esprit Suprême. L’homme qui est pénétré de cette consécration et qui voit l’unité de toutes les choses perçoit l’Ame Suprême dans tout et tout dans l’Ame Suprême. Celui qui me voit en toutes choses et voit toutes choses en moi ne se détache pas de moi et je ne l’abandonne point. Et quiconque, croyant à l’unité spirituelle, m’honore, moi qui suis en toutes choses, demeure avec moi quelque que soit la condition dans laquelle il se trouve. Celui ... qui en raison de la similitude trouvée en lui-même ne voit qu’une seule essence en toutes choses, bonnes ou mauvaises, celui-là est considéré comme le fidèle consacré par excellence. » – La Bhagavad-Gita, ch. VI, v. 25-32)

V42 17

Voici quelques idées développées dans La Doctrine Secrète :
« L’Univers est façonné et guidé de l’intérieur vers l’extérieur. Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut ; il en est au ciel comme sur terre. L’homme est le microcosme et la copie en miniature du macrocosme [l’Univers]. […] Le Cosmos entier, est guidé, contrôlé et animé par une innombrable série de Hiérarchies d’êtres animés et sensibles, chacune ayant une mission à accomplir, nous les appelons Dhyans-Chohans ou Anges (et quel que soit le nom qu’on leur donne) elles sont des agents des Lois karmiques et cosmiques ». – La Doctrine Secrète, vol. i, pp. 273/4, éd. anglaise).

L’univers se déploie de l’intérieur
V42 9« En orient, Daiviprakritti, est la Lumière du Logos, et est la mère et la Fille de ce Logos ou du Verbe de Parabrahm, […] elle est la « Mère » ou la Racine de la Nature, Mulaprakriti [la Substance primordiale] ; […] Fohat est l’énergie résultant de cette « Lumière du Logos » qui se manifeste sur le plan de notre Univers objectif comme l’Électricité, tant révélée (ou perceptible) que dissimulée et (non perceptible), qui est VIE. » […] « En Chine, cette idée est représentée par la « Voix Divine », Kwan-Yin-Tien. » – La Doctrine Secrète, vol. i, pp. 136/7, éd. anglaise.

… en suivant un schéma septuple
« Tout dans l’Univers métaphysique aussi bien physique est septuple. Notre Terre est le représentant visible des aspects invisibles – néanmoins vrais. »

… et tout évolue vers un niveau de conscience plus élevé…
« L’homme tend à devenir un Dieu, et puis DIEU, comme tous dans la Nature » – La Doctrine Secrète vol. i, p. 159, éd. anglaise.
« Quel que soit le plan sur lequel notre conscience opère, nous-mêmes et les choses appartenant à ce plan constituent, sont pour le moment, nos seules réalités. Au fur et à mesure que nous nous élevons sur l’échelle du développement, nous percevons, que dans les stades parcourus, nous avons confondu les ombres pour les réalités, et le progrès ascendant de l’Ego est constitué d’une série d’éveils progressifs, chaque progrès nous faisant penser que maintenant enfin nous atteignons la « réalité » ; mais ce n’est que lorsque nous aurons atteint la Conscience absolue, et mêlé la nôtre à celle-ci, que nous serons libérés des illusions produites par Mâyâ. » – La Doctrine Secrète, vol. i, p. 40, éd. anglaise.

Notre soleil et le vrai Soleil
V42 14« Il existe un soleil réel, dont le nôtre n’est qu’une réflexion, et que dans ce soleil véritable, gît une source d’énergie et d’aide spirituelles, exactement comme notre astre lumineux contient l’origine de notre vie physique et du mouvement matériel. […] Nous devons passer par tous les degrés successifs, et il n’est pas en notre pouvoir de sauter un anneau dans la chaîne qui mène au point le plus haut. Notre soleil est donc, pour nous, le symbole du vrai soleil qu’il reflète, et en méditant sur la lumière suprême du soleil réel, nous recevrons de l’aide dans notre lutte pour assister l’humanité. Notre soleil physique est du domaine physique, non de la métaphysique, mais le soleil véritable luit en nous. L’astre du jour conserve et soutient l’économie animale ; le vrai soleil pénètre en nous par son intermédiaire dans notre nature. Nous devrions donc diriger notre pensée vers ce soleil réel, et préparer le sol intérieur à son influence, conne nous préparons le terrain physique à recevoir les rayons vivifiants du Roi du Jour. » – W.Q. Judge, extraits de l’article « Notre soleil et le vrai Soleil ».

 

Le mystère de la Lune

V42 12« Il n’y a probablement pas un corps céleste auquel les hommes aient accordé autant d’attention, de tout temps, que la lune. Ceci tient à plusieurs causes. La lune est proche de nous ; c’est un corps important et remarquable dans notre ciel ; elle éclaire la nuit ; elle semble avoir beaucoup d’influence sur l’homme et sur ses affaires. […] Le premier mystère [qu’enseigne la Théosophie] est qu’à une période très éloignée, alors qu’il n’y avait pas encore de Terre, la Lune existait en tant qu’un globe habité ; elle mourut, puis diffusa dans l’espace toutes ses énergies, le véhicule physique subsistant seul. Ces énergies tournoyèrent, et condensèrent la matière de l’espace, produisant notre terre, pendant que la lune, son progéniteur, commençait à se désagréger, obligée de tourner autour de son enfant, la terre. Ceci nous donne une idée de sa raison d’être et de l’histoire de la lune. » – W.Q. Judge, extraits de l’article « Les mystères de la Lune et de son destin ».