Mardi 26 Mars 2019

Mis à jour le Mar. 26 Mar. 2019 à 20:36

Retour Cœur de la Théosophie La Nature, l’homme et la Terre forment un ensemble vivant

La Nature, l’homme et la Terre forment un ensemble vivant

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Une seule essence anime tout l’univers et tout est soumis à une seule loi

V42 2Dans son premier ouvrage, Isis Dévoilée, Blavatsky rappelle quelques principes fondamentaux pour expliquer l’unité de la vie et l’interdépendance de tout ce qui est manifesté dans l’univers. Ainsi elle rappelle (Isis Unveiled, vol. 1, pp. vi, 172/3, 459/460, édition anglaise) :

« L’Homme-esprit prouve Dieu-esprit, de même qu’une goutte d’eau est la preuve d’une source de laquelle elle est issue ».
« Mesmer précisait, en 1775, dans une lettre à un médecin étranger, quelques points de sa doctrine :

- Il existe une influence mutuelle entre les corps célestes, et la terre et les corps vivants.
- Un fluide est diffusé universellement en continu, de manière à n’admettre aucun vide, dont la subtilité est au-delà de toute comparaison, et qui, d’après sa nature, est capable de recevoir, de propager et de communiquer toutes les impressions de mouvement, et qui est le moyen par lequel cette influence est transmise.
- Cette interaction réciproque est soumise à des lois mécaniques, inconnues à notre époque actuelle.
- C’est par cette opération [de mouvement cyclique le plus universel dans la nature de flux et de reflux] que les relations d’activité ont lieu entre les corps célestes, la terre et ses parties constituantes. »

« Ce qui est semblable s’attire […] Pour l’homme cette influence d’attraction et de répulsion, se traduit dans sa perception des rêves, sous un aspect spirituel, pur et beau ou un aspect néfaste et infernal. »

« L’esprit immortel de l’homme est sa meilleure protection pendant la vie de veille et de sommeil). »

V42 3L’étudiant de la vie spirituelle devra « rendre sa propre nature aussi pure et ses pensées aussi élevées, que celles de ces voyants indiens ; il pourra alors dormir sans crainte [d’être assailli par des esprits mauvais]. Autour de la forme insensible de ce dormeur, l’esprit immortel rayonne un pouvoir divin qui le protège des influences néfastes, comme s’il était entouré d’un mur en cristal. »

La vie universelle : « La philosophie ésotérique enseigne que tout vit et est conscient, mais que toute vie et toute conscience ne sont pas identiques à celles des êtres humains ou des animaux. Nous considérons la vie comme « la forme une d’existence » se manifestant dans ce qu’on appelle la matière ; ou ce que nous nommons dans l’homme l’Esprit, l’Âme et la Matière, les séparant à tort. La matière est le véhicule pour la manifestation de l’âme sur notre plan d’existence, et l’âme est le véhicule pour la manifestation de l’esprit sur un plan plus élevé ; ces trois constituent une trinité synthétisée par la Vie qui les pénètre tous. L’idée d’une vie universelle est une des anciennes conceptions que le mental humain de notre siècle redécouvre, suite à sa libération de la théologie anthropomorphique. » – The Secret Doctrine, Vol. I, p. 49. Édition originale anglaise.

L’évolution est universelle et éternelle
V42 4« La Doctrine Secrète enseigne le développement progressif de toute chose, des mondes comme des atomes ; et ce développement formidable n’a pas de commencement concevable, ni de fin imaginable. Notre « Univers » n’est qu’une unité dans le nombre infini d’Univers, tous « Fils de la Loi de la Nécessité » puisqu’ils sont des chaînons de la grande chaîne Cosmique des Univers, chacun étant un effet par rapport à son prédécesseur, et une cause en ce qui concerne son successeur. » – The Secret Doctrine, 1er Vol. p. 43. Édition originale anglaise.

« L'évolution mentale marche, pari passu, avec l'évolution physique, et toutes deux s'avancent vers la VÉRITE UNE, — qui est le cœur du système de l'Humanité, comme l'évolution en est le sang. Que la circulation s'arrête un moment, et le cœur s'arrête avec, et c'en est fait de la machine humaine ! » – H.P. Blavatsky, « Le Phare de l’Inconnu » (Cahier Théosophique n°25).

V42 15« Nos ancêtres « ignorants » considéraient que la loi d'évolution agissait dans l'univers entier. Le principe d'une série ininterrompue de formes élémentaires allant par progression graduelle de la « nébuleuse » jusqu'au développement du corps physique de l'homme est aussi valable lorsqu'il est appliqué à l'émanation et à la différenciation progressive et ininterrompue d'entités, depuis l'Æther universel jusqu'à l'esprit humain incarné. Ces courants d'évolution provenaient du monde de l'Esprit et allaient jusqu'à la Matière grossière, puis, à travers celle-ci, retournaient vers la source de toutes choses. La « différenciation des espèces » était, selon leur conception, une descente à partir de l'Esprit, qui est la source de Tout, dans la « dégradation de la Matière. Dans cette chaîne ininterrompue de manifestations successives, les êtres spirituels et élémentaires occupaient une place bien précise entre les deux extrêmes, tout comme le chaînon manquant de Darwin en a une entre le singe et l'homme. » […] « La synthèse de toutes les découvertes concernant la nature, et principalement celle de la potentialité psychique cachée dans chaque atome physique de matière et au-delà — fut le lien primitif, cimentant en une seule pierre angulaire les fondements de toutes les religions de l'antiquité. » – H.P. Blavatsky, Raja Yoga ou Occcultisme, pp. 128/129, 189.

 

V42 5« La grande bataille du Futur doit se livrer entre, d'une part, les « créationnistes » (ou les chrétiens, ainsi que tous ceux qui croient en une création spéciale et un dieu personnel), et, d'autre part, les « Évolutionnistes » (ou les hindous, les bouddhistes, tous les libres penseurs, et finalement la grande masse des hommes de science, qui ne sont pas les moins actifs). » […] – H.P. Blavatsky, « Les animaux ont-ils une âme ? » (Cahier Théosophique n°170).

Comprendre les affinités et les lois de la nature et de l’homme
Pour comprendre les principes de la loi à l'œuvre dans [la nature et dans l’homme] nous sommes invités, écrit Blavatsky, à garder à l'esprit les propositions fondamentales suivantes :

« 1. Il n'y a pas de miracle. Tout ce qui se produit est le résultat de la loi, éternelle, immuable, toujours active. Un miracle apparent n'est dû qu'à l'action de forces en opposition […].
« 2. La Nature est une unité triple : il y a une nature visible objective ; une nature invisible, intérieure et source d'énergie, le modèle exact de la précédente et son principe vital ; et, au-dessus de ces deux aspects, l'Esprit, source de toutes forces [ou énergies], seul éternel et indestructible. Les deux natures inférieures sont en constant changement mais non la troisième.
« 3. L'homme est aussi une unité triple : il a son corps objectif, physique, son corps vitalisateur astral (ou âme), l'homme réel ; et ces deux aspects sont couronnés par le troisième qui les illumine — le souverain, l'Esprit immortel. Lorsque l'homme réel réussit à fusionner avec ce dernier, il devient une entité immortelle. […] » – Isis Unveiled, vol. 2, pp. 587/588, édition anglaise.

« C’est cette homogénéité entre la Nature et l’homme qui permet à ce dernier de pénétrer dans coulisses de la Nature, à condition que sa constitution et son motif soient purs. » – Isis Unveiled, vol. p. ii 590, édition anglaise.

La vraie méditation est la clé pour comprendre la nature et l’homme
V42 6« Le yogi en méditation comprend sans faille ce qu’il voit dans les sphères spirituelles, psychiques et astrales respectivement. » – Isis Unveiled, vol. ii, p. 590, éd anglaise.

« La trinité de la nature est la serrure de la magie, la trinité de l’homme la clé qui l’ouvre. Dans les enclos solennels de son sanctuaire, le SUPRÊME n’avait et n’a pas de nom. Il est au-delà de la pensée, il imprononçable ; et pourtant chaque homme trouve en lui-même son dieu. » – Isis Unveiled, vol. ii, p. 635.

Tout est conscience
« L’Univers est la manifestation périodique de l’Essence Absolue inconnue.
« Tout dans l’Univers à travers tous les règnes est CONSCIENCE c.à.d. doté de conscience de sa propre espèce et sur son propre plan de perception.
« Ce n’est pas parce que nous ne percevons pas quelque chose ou quelques signes de consciences, qu’il n’en existe pas.
« Rien n’est matière inerte, ni morte, ni aveugle. » – Extraits de La Doctrine Secrète vol. i, pp. 273-4, édition anglaise.