Mardi 26 Mars 2019

Mis à jour le Mar. 26 Mar. 2019 à 20:36

Retour Cœur de la Théosophie La Bhagavad-Gîta - Philosophie de la vie

La Bhagavad-Gîta - Philosophie de la vie

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Le symbole

imagev39 11Ce dialogue entre Krishna, le Pôle spirituel de l’être et Arjuna, l’Homme décidé à entreprendre la tâche de développer sa nature supérieure se déroule sur un champ de bataille. La guerre se rapporte non seulement à la guerre poursuivie par l’humanité dans son ensemble, mais aussi à la lutte qui devient inévitable aussitôt qu’une unité de la famille humaine prend la résolution de se laisser guider par sa nature supérieure. Ainsi, l’expérience décrite dans le poème sera donc inévitablement vécue par quiconque suivra le même chemin. Arjuna est lancé dans une guerre légitime, celle de reconquérir le royaume de l’immortalité ; sa réussite dépendra de la manière dont il prêtera l’oreille à Krishna, le Logos, qui brille intérieurement.

Le poème peut être interprété de plusieurs façons : soit comme se rapportant à l’individu, à la cosmogénèse, à l’évolution du monde astral ou aux Hiérarchies dans la Nature, soit encore à la nature morale.

Le narrateur Sanjaya représente le rapporteur intelligent et éclairé qui comprend ce qui se passe sur les plans spirituels et psychiques et retransmet à l’humanité l’enseignement. Il est le témoin de l’existence des Sages.

Le message philosophique
imagev39 5Cet ouvrage tend à inculquer deux choses à l’individu : d’abord l’oubli de soi, puis l’action. De l’étude de ce poème et de son application à la vie, naîtra la conviction qu’il y a un seul Esprit, que nous ne pouvons pas vivre pour nous seuls, mais devons réaliser qu’il n’y a pas de séparativité et qu’on ne peut se soustraire au karma (destinée) collectif de l’humanité, et que nous devons penser et agir conformément à cette croyance.
Nous reprenons une remarque intéressante de William Quan Judge 1890 à la fin de son introduction de la Bhagavad-Gîtâ : Aux théosophes sincères et à tous ceux qui aiment réellement leurs semblables et aspirent à apprendre et à enseigner la science de la consécration que cette édition de la Bhagavad-Gîtâ est offerte.

Le déroulement du dialogue entre Krishna et Arjuna
imagev39 7Pour simplifier, le dialogue qui tient en 18 chapitres peut être décrit en trois phases : a) le découragement et sa sortie vers une démarche de méditation courageuse et indépendante ; b) la découverte des archétypes vivants dans la nature qui devient l’allié de l’homme dès lors que celui-ci la reconnaît et s’y soumet ; c) la chaîne vivante des Maîtres et de disciples, les Sages qui ont exploré la Cosmogénèse et intégré cette connaissance, consacrent leur vies à accompagner l’humanité dans son évolution spirituelle ou la réalisation du SOI. (ATMA)

A- Le découragement est une étape nécessaire pour déclencher un questionnement ardent sur le but de la vie. Par un discours plein de bon sens, Krishna sort Arjuna du désespoir en lui montrant que la nature agit inlassablement comme une chaîne de sacrifice car elle est peu reconnue, que trop d’émotions inhibent le mental et paralysent le discernement. L’homme doit agir en cherchant comment accomplir son devoir pour le bien du plus grand nombre, en renonçant aux fruits des actions et en se tournant vers son Soi Supérieur par l’exercice, le détachement, la concentration la méditation. Dans ce pèlerinage de l’âme, chaque homme est né avec le destin divin (Chp. XVI, verset 5). « Celui qui en raison de la similitude trouvée en lui-même ne voit qu’une seule essence en toutes choses, bonnes ou mauvaises, celui-là est considéré le fidèle consacré par excellence. » Chp. VI, verset 12.

B- A mesure que naît le discernement spirituel, l’homme découvre que la Nature est un livre ouvert, y découvre les archétypes qui vont l’inspirer et le soutenir dans la quête du divin. Le Yogi est un véritable allié de cette Nature pendant la vie et la mort : il a acquis l’immortalité c.à.d. cette continuité de conscience. Il s’unit avec sa partie divine et éternelle. Il est uni avec l’Univers qui est partie intégrante de lui-même de par la structure-même de l’Univers. » J’ai établi cet univers entier avec une seule fraction de moi-même et je reste inchangé. » Chp. X, verset 42.

imagev39 8C- Avec le pouvoir du discernement spirituel qui s’éveille, le disciple apprend à comprendre l’émanation de l’univers, le symbolisme de l’arbre Ashvattha dont la racine est au ciel et les branches dans le monde, avec une diversité de branches et de feuilles en apparence séparées. Il observe la diversité de caractères dans l’humanité, il apprend que Karma (la loi d’action - de réaction) est dynamique et opère sur tous les plans de conscience pour rétablir l’harmonie, que les hommes soient « bons » ou mauvais ». Il comprend le travail incessant des Maîtres et disciples comme agents de ce Karma, pour contribuer à l’évolution spirituelle, à la transformation progressive des hommes par des efforts auto-induits et auto-disciplinés. Il accepte de rejoindre cette Fraternité. « Libéré du doute, ferme, j’agirai selon ton commandement. » Chp. XVIII, verset 73.

top-iconRetour en Hauttop-icon