Dimanche 15 Septembre 2019

Mis à jour le Dim. 15 Sep. 2019 à 18:27

Retour Cœur de la Théosophie

Cœur de la Théosophie

AddThis Social Bookmark Button

L’éthique et l’occultisme

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Le motif est primordial

V49 3« La pensée détermine la force. Le motif la détermine également. En effet, selon le motif, la Pensée se contracte ou s’élargit. Il est bien connu que la pensée affecte le processus d’assimilation du corps. C’est un fait reconnu en thérapie.
« Le fait d’introduire une qualité de vibration plus élevée et plus spirituelle dans tous les centres secrets du cerveau non seulement les ouvre aux influences des sphères supérieures, mais influence l’action sélective de toute la sphère.
« De même que le corps expire et inspire, ainsi le corps (dispositif) nerveux se dilate et se contracte avec le mouvement du médium éthérique ou astral. Ses vibrations sont accélérées par l’effet de la Pensée, et la vibration rapide empêche l’entrée de particules plus grossières de substances éthériques, provoquant un courant d’air sur les courants de l’Âme du Monde. Ainsi l’intelligence supérieure de chaque atome est ouverte. » – W.Q. Judge, extrait des “Tea-Table Talks”.

Vivre la vie supérieure

« Un homme doit vivre selon ce qu’il connaît … Il doit devenir cette vibration supérieure … Il faut utiliser la force qui est en harmonie avec le plan dans lequel nous désirons entrer. Par un long entrainement dans la production de forces en lui-même -pure dans la mesure du possible, l’étudiant arrivera à comprendre à peu près ce qu’il voit. Autrement les expériences psychiques présentent un inconvénient : elles préemptent la pensée, elles retardent le mental comme les épines de ronces retiennent les moutons. C’est pourquoi la Voix du Silence conseille à l’étudiant de fuir la Salle d’Apprentissage « où sous chaque fleur, un serpent est lové ». Alors il faut faire appel au bon sens.
« En occultisme, il faut toujours se référer à la Nature pour trouver une explication. » – W.Q. Judge, extrait des “Tea-Table Talks”.

Un nouvel essor, l’effort uni

V49 4« À la mort d’H.P. Blavatsky la détermination de poursuivre son travail a créé dans le champ mental théosophique, un foyer commun. L’unité d’effort selon les lignes supérieures induit un grand volume d’Energie, qui se déverse d’un centre commun … Plus on s’approche de la Loge (des Maîtres), plus il y a une plus grande responsabilité. » – W.Q. Judge, extrait des “Tea-Table Talks”.

Garder un esprit ouvert dans la vie pratique

« En examinant une question ayant trait à l’éthique, quelle qu’elle soit, assurez-vous de n’avoir ni préjugés ni idées préconçues qui pourrait entraver d’arriver à une conclusion juste ; en d’autres mots, gardez-vous de conclure trop hâtivement en ce qui concerne les individus, les choses et les méthodes » – Robert Crosbie, extrait du The Friendly Philosopher.

Quelques conseils pratiques

V49 7« 1. Utilisez vos talents pour le meilleur usage
« 2. N’empêchez pas vos compagnons d’utiliser les leurs.
« 3. Suivez les méthodes de la Nature
« Trouvez un courant ou un noyau, et travaillez dedans. Que cela vous paraisse parfait ou pas. Laissez les résultats à la Loi. Mais si vous ne trouvez pas le noyau, alors devenez vous-même un centre. Le divin pénétrera en vous et travaillera à travers vous. » – W.Q. Judge, extrait des “Tea-Table Talks”.

 

Qu’est-ce que l’âme ?

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

v48 2

La dimension proprement humaine de l'âme doit retenir notre attention. Elle peut ouvrir la voie à une connaissance plus profonde de notre être et nous amener à trouver la voie du bonheur et de la connaissance.
L'âme est indépendante du corps, elle a sa vie propre bien qu'elle ait besoin de cet intermédiaire physique pour entrer en contact avec le monde : voilà la conclusion à laquelle on peut arriver sans peine, en réfléchissant sur ces problèmes. Mais la question reste entière et on ne saurait la résoudre sans l'aide de quelques idées philosophiques fondamentales.

L’homme est une âme : « L'homme est une âme en évolution, qui cherche à s'épanouir et à découvrir la Racine de son être ; le corps est sa prison temporaire, mais aussi l'instrument de son salut. L'âme humaine n'est pas un fait unique, une création exceptionnelle dans l'Univers. De même que la science reconnaît une même source à tous les états de la matière, qui lentement s'élaborent à partir d'un état primordial invisible, de même les Philosophes et les Sages du passé ont reconnu dans ce qu'ils ont appelé l'ESPRIT l'origine de tous les phénomènes de Conscience. » - Cahier Théosophique n°19.

Lire la suite...

Deux lois jumelles : réincarnation et karma

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Deux lois jumelles : réincarnation et karma

Réincarnation et karma : le progrès perpétuel de l’âme

V47 1La réincarnation « est une croyance dans un progrès perpétuel de tout Ego ou âme divine qui se réincarne, dans une évolution qui va de l'extérieur vers l'intérieur, depuis le matériel jusqu'au spirituel et qui conduit, à la fin de chaque étape, à une unité absolue avec le Principe divin. S'élever d'un état d'énergie à un autre, passer de la beauté et de la perfection d'un plan à la beauté et à la perfection encore plus grandes d'un autre plan, parvenir à des niveaux toujours plus élevés de gloire, de connaissance et de puissance à chaque nouveau cycle, telle est la destinée de tout Ego, qui devient ainsi son propre Sauveur dans chaque monde, et à chaque incarnation. » « C'est seulement au moyen de ces naissances successives que peut s'accomplir le progrès perpétuel des innombrables millions d'Ego vers la perfection suprême et vers une période de repos final (d'une longueur égale à celle de la période d'activité » – H.P. Blavatsky, La Clef de la Théosophie (p. 170 & 212.

« La réincarnation et karma sont inextricablement liés avec la loi cyclique. » […] « Karma est le nom adopté par les théosophes pour désigner une des lois les plus importantes de la nature. Opérant sans cesse, cette loi agit également sur les planètes, les systèmes planétaires, les races, les nations, les familles et les individus. C'est la doctrine jumelle de la réincarnation. Ces deux lois sont entrelacées d'une manière si inextricable qu'il est presque impossible de les considérer séparément. Aucun point ni aucun être dans l'univers n'est exempt de l'action de karma, mais tous sont sous son pouvoir. Punissant l'erreur, c'est néanmoins avec profit qu'il conduit, par la discipline, le repos et la récompense, jusqu'aux sommets lointains de la perfection. Cette loi, qui embrasse à la fois notre être physique et moral, est d'une ampleur si vaste, que seules des périphrases et des explications multiples pourraient en donner le sens dans notre langue. » (W.Q. Judge, Océan de Théosophie, p. 93)

Qu’est-ce qui se réincarne et comment ?

Réincarnation : la croyance la plus répandue dans l’humanité

V47 12« La Réincarnation est la doctrine de la renaissance à laquelle croyaient Jésus et les apôtres, comme tous les hommes de ce temps, mais que nient maintenant les chrétiens. Tous les Egyptiens convertis au christianisme, les Pères de l’Eglise et autres, croyaient à cette doctrine, comme le prouvent les écrits de plusieurs d’entre eux. Dans les symboles qui existent encore, l’oiseau à tête humaine volant vers une momie, un corps, où l’âme s’unissant à son sahou (le corps glorifié de l’Ego, ainsi que la coque du Kama-Loka [dépouille psychique laissée après la mort]) prouve cette croyance. « Le chant de la Résurrection » chanté par Isis pour rappeler son mari à la vie, pourrait se traduire par le « chant de la Renaissance », car Osiris est l’humanité collective. […] « La Résurrection », pour les Égyptiens, ne signifiait jamais la résurrection de la momie mutilée, mais de l’Âme qui l’animait, de l’Ego dans un nouveau corps. Le revêtement de chair périodique de l’Âme ou de l’Ego était une croyance universelle ; et rien ne peut mieux répondre à la justice et à la loi karmique. » - H.P. Blavatsky, Glossaire Théosophique « Réincarnation ».

 

Réincarnation et sexe

« Les circonstances qui déterminent si une individualité donnée naîtra à telle période de sa carrière sur Terre comme homme ou comme femme sont sans aucun doute explicables à la lumière d'une connaissance très avancée, mais certainement auraient trait à des détails minutieux de la cosmologie, qui ne pourraient être rendu compréhensibles sans qu'une vaste connaissance préliminaire ne soit acquise. Pour parler d'une façon générale, il n'y a pas de différence spirituelle entre un homme et une femme, un mâle et une femelle, pour désigner les différents principes intérieurs de la créature humaine. » H.P. Blavatsky.

V47 13« Questions d’un étudiant : Le sexe du véhicule est-il choisi consciemment par l'Ego spirituel pour parfaire la connaissance ou bien dépend-t-il du Karma engendré dans une vie précédente ? Est-ce qu'un principe peut être considéré prépondérant dans un sexe plus que dans l'autre ? Réponse : Si la qualité masculine est la caractéristique prédominante, l'Ego sera probablement dans un corps mâle la fois suivante ; sinon, dans l'autre sexe. Mais la doctrine du Visishtadwaitisme qui dit : « le Bon Karma est celui qui est agréable à Îshwara (l'Ego) et le mauvais Karma celui qui lui est désagréable » répond à l'ensemble de la question. » – W. Q. Judge. The Vahan – Mai 1892

Lire l’article : « Réincarnation et sexe ».

 

Réincarnation et mémoire

« En tant qu'un élément de l'être humain, la conscience est bien plus large et plus profonde que la mémoire. La conscience représente l'expérience ; la mémoire, la forme et les détails. […] L’expérience subsiste comme un résultat précipité et débarrassé de la mémoire, c'est-à-dire de la forme et des détails, des relations et sensations, elle constitue l'élément fondamental du Karma. Ajoutez […] l'élément éthique ou la relation avec les autres individus, introduisant ainsi la question du motif, et vous avez la loi de Karma, déduite de ces éléments. Dans le premier cas, nous avons la relation de l'individu avec lui-même : dans le second, sa relation avec ses semblables.

V47 25« La mémoire physique est la consignation des événements passagers, mais elle ne conserve pas les expériences. La mémoire physique n'est que la gaine extérieure de l'expérience. L'expérience a trait aux sentiments et à la conscience, la mémoire se rattache au temps et aux sens. La mémoire se rapporte uniquement au passé, à ce qui est illusoire. […] La réminiscence a dissous ces souvenirs dans l'eau de l'oubli, pour n'en conserver que l'essence, comme mobiles et intuitions, en tant que guide futur. […] La mémoire est le côté matériel des expériences ayant trait aux sens et au temps, et la réminiscence est le côté spirituel, se rapportant à l'être essentiel. […] La réminiscence appartient à l'individualité permanente. » (Article, « Réincarnation et mémoire »).

L’individualité ne périt jamais

« Voir dans le Nirvana, l’annihilation, revient à dire qu’un homme plongé dans un profond sommeil sans rêves – qui ne laisse aucune impression sur la mémoire et le cerveau, parce que le Soi Supérieur du dormeur est à son état originel de conscience absolue – est lui aussi annihilé. Cette comparaison ne répond qu’à un côté de la question – le plus matériel ; car la réabsorption n’est pas du tout un « sommeil sans rêve », mais est, au contraire, l’existence absolue, une unité non-conditionnée, ou un état que le langage humain est absolument incapable de décrire. La seule compréhension approchant de la réalité qui peut être tentée, réside dans la vision panoramique de l’âme, grâce à l’idéation spirituelle de la monade divine. L’individualité – ou même l’essence de la personnalité – n’est pas laissé en arrière, ou perdue parce qu’elle est réabsorbée. Car, bien qu’étant sans limite – d’un point de vue humain – l’état paranivarnique [l’état de conscience de l’individualité entre deux univers] a une fin dans l’Éternité. Une fois cette fin atteinte, la même monade émerge à nouveau du Nirvana, sous forme d’un être plus élevé encore sur un plan bien supérieur, pour recommencer son cycle d’activité se perfectionnant sans cesse. » H.P. Blavaatsky, (The Secret Doctrine, I, p. 266, éd. originale)

Le divin intérieur

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Le Divin intérieur

V46 30Un Dieu extérieur est illogique : « Il est illogique d’adorer un seul dieu, car, comme le dit la Bible : « Il y a beaucoup de Seigneurs et beaucoup de dieux. » Par suite, si le culte est désirable, nous avons à choisir entre l’adoration de plusieurs dieux, chacun ne valant pas mieux que l’autre – c'est-à-dire le polythéisme et l’idolâtrie ; ou l’adoration d’un seul dieu de tribu ou de race, comme l’on fait les Israélites, et tout en croyant à l’existence de nombreux dieux, les ignorer et les mépriser, considérant le nôtre comme le plus élevé et le « Dieu des Dieux ».

Le divin intérieur : « Mais ceci n’est pas logiquement soutenable, car un tel Dieu ne peut être ni infini ni absolu, mais doit être limité et conditionné par l’espace et le temps. Au Pralaya (période de repos entre deux univers), le dieu de tribu disparaît et Brahmâ et tous les autres devas et dieux sont absorbés dans l’Absolu. C’est pourquoi, les occultistes n’adorent, ni ne prient aucun dieu, si nous le faisions, nous aurions à rendre un culte à de multiples dieux, ou à prier l’Absolu, qui, n’ayant pas d’attributs, ne peut nous écouter. L’adorateur de nombreux dieux même, doit nécessairement être injuste envers tous les autres dieux ; aussi loin qu’il étende son culte, il lui est tout à fait impossible de les adorer tous ; et dans son ignorance, s’il en choisit un en particulier, il se peut fort bien qu’il ne choisisse pas le plus parfait. Il vaudrait donc beaucoup mieux qu’il se souvienne que chaque homme possède un dieu intérieur, un rayon direct de l’Absolu, le rayon céleste de l’Un ; qu’il possède son « dieu » en lui, et non en dehors de lui-même. » – H.P. Blavatsky.

Lire la suite...

Individualité collective – Conscience collective

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

L’illusion de la séparation. La vérité de l’individualité collective

v45 photo4« Nombreux sont les pèlerins qui désirent se plonger dans la Science Secrète (Gupta Vidya) ; bien rares les nageurs vigoureux qui atteignent le Phare (de la Vérité). Pour y arriver il faut cesser d'être un nombre, et être devenu tous les nombres. Il faut oublier l'illusion de la séparation, et n'accepter que la vérité de l'individualité collective (1). Il faut voir par l'ouïe, entendre avec les yeux (2), lire le langage de l'arc-en-ciel, et avoir concentré ses six sens dans le septième (3).
« Le « Phare » de la Vérité, c'est la Nature sans le voile de l'illusion des sens. Il ne peut être atteint avant que l'adepte ne soit devenu maître absolu de son moi personnel, capable de contrôler tous ses sens physiques et psychiques, à l'aide de son « septième sens », grâce auquel il est doué, ainsi, de la vraie sagesse des dieux, Theo-Sophia. » − H.P. Blavatsky, article « Le Phare de l'Inconnu ».

(1) L'illusion de la personnalité du moi à part, et placée par notre égoïsme au premier plan. En un mot, il faut s'assimiler l'humanité entière, vivre par elle, pour elle, et dans elle, en d'autres termes cesser d'être « un » pour devenir « tous » ou le total.
(2) Expression Védique. Les sens, en comptant les deux sens mystiques, sont sept dans l'occultisme ; mais un Initié ne sépare pas plus ses sens l'un de l'autre qu'il ne sépare son unité de l'Humanité. Chaque sens contient tous les autres.
(3) Symbologie des couleurs. Le langage du prisme, dont « les sept couleurs mères ont chacune sept fils », c'est-à-dire quarante-neuf teintes ou « fils » entre les sept, lesquelles teintes graduées sont autant de lettres ou caractères alphabétiques. Le langage des couleurs a donc cinquante-six lettres pour l'initié (ne pas confondre avec l'adepte, voir mon article « Signal de Danger »). De ces lettres, chaque septénaire s'absorbe dans sa couleur mère, comme chacune des sept couleurs mères est absorbée finalement dans le rayon blanc, l'Unité divine symbolisée par ces couleurs.

Lire la suite...

Intelligence humaine et intelligence cosmique

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Qu’entend-on par mental ?

v44 2« On appelle Mental le nom donné à la somme des états de Conscience groupés sous le nom de Pensée, Volonté et Sentiment. Pendant le sommeil profond, l’idéation cesse sur le plan physique et la mémoire est en suspens ; car momentanément, « Le Mental n’est pas » étant donné que l’organe grâce auquel l’Ego manifeste l’idéation et la mémoire sur le plan matériel, a temporairement cesse de fonctionner. Un noumène ne peut devenir un phénomène sur un plan quelconque d’existence qu’en se manifestant sur ce plan à l’aide d’une base ou d’un véhicule approprié ; et durant la longue nuit de repos appelée Pralaya, quand toute existence est dissoute, le « MENTAL UNIVERSEL » demeure en tant qu’une possibilité permanente d’action mentale, ou sous forme d’une pensée abstraite absolue dont le mental est la manifestation concrète relative. » – H.P. Blavatsky – La Doctrine Secrète.

Le mental cosmique
La notion d’un mental cosmique est une notion importante en Théosophie. Le mental cosmique (désigné par les termes Mahat et de Buddhi) n’est pas le mental d’un Dieu monothéiste, mais c’est la synthèse de l’activité de toutes les intelligences de l’univers et principalement des hiérarchies spirituelles les plus hautes (c-à-d, les consciences les plus évoluées). Ces consciences unies reflètent dans l’univers le programme d’évolution qui provient de l’Idéation cosmique. Tout dans l’univers est doué d’une conscience et d’un mental aussi imperceptibles soient-ils à nos sens non exercés.

Lire la suite...

La réincarnation et les idées innées

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

La doctrine de la réincarnation et de la perfectibilité humaine

v43 2« Pourquoi donc l'univers existe-t-il, et pour quel but final l'homme, le penseur immortel, évolue-t-il ici-bas ? Tout est pour l'expérience et l'émancipation de l'âme, dans le but d'élever la masse entière de matière manifestée jusqu'à la stature, la nature et la dignité de la divinité consciente. Le grand but est d'atteindre à la soi-conscience, non par l'entremise d'une race, d'une tribu ou d'une nation privilégiée, mais par le perfectionnement graduel - après transformation - de toute la masse de matière comme de ce que nous appelons maintenant âme. Rien n'est, ni ne sera laissé de côté. Le but pour l'homme actuel est son initiation à la connaissance complète et, pour les règnes qui lui sont inférieurs, leur élévation progressive de stade en stade, afin qu'eux aussi soient initiés en leur temps. Telle est l'idée d'évolution dans toute sa puissance et c'est une perspective magnifique ; elle fait de l'homme un dieu, et donne à tout ce qui fait partie de la nature la possibilité d'atteindre un jour ce même état. Il y a de la force et de la noblesse en cette idée, car aucun homme n'en est amoindri ou rabaissé, et nul n'est originellement si grand pécheur qu'il ne puisse s'élever au-dessus de tout péché. Considérée du point de vue matérialiste de la science, l'évolution n'embrasse que la moitié de la vie, tandis que la conception religieuse de l'évolution est un mélange de non-sens et de crainte. Les religions actuelles maintiennent un climat de crainte et s'imaginent en même temps qu'un Être Tout-Puissant ne pourrait penser qu'à notre terre et qu'il lui faudrait, de plus, la gouverner très imparfaitement. Mais l'ancienne doctrine théosophique conçoit l'univers comme un vaste ensemble complet et parfait » – W.Q. Judge, L’Océan de Théosophie, pp. 64-5.
« C'est le but de l'ancienne philosophie de restituer cette doctrine à toutes les religions qui l'ont perdue ; c'est pourquoi nous l'appelons " l'accord perdu du christianisme " ». « C'est la plus noble de toutes les doctrines ; elle seule, avec celle de karma, sa compagne fournit une base pour l'éthique. » – W.Q. Judge,L’Océan de Théosophie, pp. 69 et 92.

Lire la suite...

La Nature, l’homme et la Terre forment un ensemble vivant

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Une seule essence anime tout l’univers et tout est soumis à une seule loi

V42 2Dans son premier ouvrage, Isis Dévoilée, Blavatsky rappelle quelques principes fondamentaux pour expliquer l’unité de la vie et l’interdépendance de tout ce qui est manifesté dans l’univers. Ainsi elle rappelle (Isis Unveiled, vol. 1, pp. vi, 172/3, 459/460, édition anglaise) :

« L’Homme-esprit prouve Dieu-esprit, de même qu’une goutte d’eau est la preuve d’une source de laquelle elle est issue ».
« Mesmer précisait, en 1775, dans une lettre à un médecin étranger, quelques points de sa doctrine :

- Il existe une influence mutuelle entre les corps célestes, et la terre et les corps vivants.
- Un fluide est diffusé universellement en continu, de manière à n’admettre aucun vide, dont la subtilité est au-delà de toute comparaison, et qui, d’après sa nature, est capable de recevoir, de propager et de communiquer toutes les impressions de mouvement, et qui est le moyen par lequel cette influence est transmise.
- Cette interaction réciproque est soumise à des lois mécaniques, inconnues à notre époque actuelle.
- C’est par cette opération [de mouvement cyclique le plus universel dans la nature de flux et de reflux] que les relations d’activité ont lieu entre les corps célestes, la terre et ses parties constituantes. »

Lire la suite...

Qu'est-ce que l'hypnose ?

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Définition de l’hypnose

v41 im1« L'hypnotisme est le nouveau nom scientifique que l'on donne à l'ancienne et ignorante « superstition » appelée de noms variés tels que “fascination” ou “enchantement”. » – Extrait de l’article d’H.P. Blavatsky, « L’hypnotisme et ses rapports avec les autres méthodes de fascination » (Cahier Théosophique n°60).
[Du grec hypnos, sommeil]. « Nom donné par le Dr Braid au processus par lequel un homme doué d'un fort pouvoir de volonté en plonge un autre dont le mental est plus faible dans une sorte de transe : une fois dans cet état, le sujet fera n'importe quoi en obéissant à la suggestion de l'hypnotiseur. À moins de viser des applications bénéfiques, cette pratique serait, pour un Occultiste, à ranger dans la magie noire ou la sorcellerie : c'est la plus dangereuse, moralement et physiquement […]. » – Extrait du Glossaire Théosophique.
« La télépathie, la faculté de lire les pensées et l'hypnotisme, connus depuis longtemps par la Théosophie, démontrent l'existence, dans l'homme, de plans de conscience, de fonctions et de facultés insoupçonnés jusqu'ici. La faculté de lire les pensées et celle d'influencer à distance le mental du sujet hypnotisé prouvent l'existence d'un mental qui ne dépend pas entièrement d'un cerveau, ainsi que celle d'un intermédiaire [le plan astral] pour transmettre la pensée qui exerce l'influence. C'est par l'action de cette loi que les Initiés peuvent communiquer entre eux quelle que soit la distance. Voici l'explication rationnelle de cette faculté qui n'est pas encore admise par les écoles d'hypnotisme : si le mental de chacun vibre à l'unisson de l'autre ou se met dans un même état, ils penseront d'une manière identique ; en d'autres termes, celui qui doit entendre à distance reçoit l'impression envoyée par l'autre. Il en est ainsi pour tous les autres pouvoirs quelque extraordinaires qu'ils soient. Tous sont naturels, bien que, de nos jours, insolites, de même qu'un grand talent musical est naturel quoique rare et peu commun. » – W.Q. Judge, L’Océan de Théosophie, pp. 12/3.

Lire la suite...