Vendredi 18 Août 2017

Mis à jour le Ven. 18 Août 2017 à 09:43

Retour W.Q. Judge

Articles de W.Q. Judge

AddThis Social Bookmark Button

William Q. Judge (1851-1896) est l'un des trois principaux fondateurs de la Theosophical Society. Il assista Mme Blavatsky dans la rédaction d'Isis Dévoilée, et de La Doctrine Secrète. Il se révéla un collaborateur et disciple dévoué et indéfectible de Blavatsky. Organisateur et créateur inlassable, il fut l'instrument efficace pour répandre la Théosophie aux États-Unis ainsi que dans ld'autres pays anglophones.

Il rédigea de nombreux articles,et fonda les revues The Path et The Theosophical Forum. Les ouvrages les plus connus de lui sont les Échos de l'Orient, l'Océan de Théosophie (en 1893), deux grands classiques théosophiques. Un ensemble de ses lettres furent regroupées par sous le titre Les Lettres qui m'ont aidé.

On lui doit une édition de la Bhagavad-Gîtâ (1890) et une série d'articles parus dans The Path, publiés plus tard sous le titre de Notes sur la Bhagavad-Gîtâ. Il rédige en outre une traduction commentée des Aphorismes du Yoga de Patañjali (1889).

Son engagement théosophique fut sans faille et sa fidélité au programme initial, établi par Mme Blavatsky et ses Maîtres, fut déterminante à certaines périodes particulièrement critiques de l'histoire du mouvement.

Un grand nombre d'articles de Judge sont accéssibles en ligne.

Quelques lignes d’avertissement

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

N'émettez pas d'opinions qui tendent à mêler la Société Théosophique à une croyance religieuse, à une théorie politique, à l'observance ou non d'une coutume sociale.

Méfiez-vous du principe que les riches, ou ceux qui, dans la vie sociale, ont besoin de la Théosophie au même titre que les classes plus humbles, doivent être l'objet d'attentions spéciales, alors qu'ils négligent ou refusent ouvertement d'aider la Société par leurs dons en argent et leur travail.

Ne vous bercez pas de l'illusion qu'une tentative spéciale en vue de « convertir » une célébrité scientifique conférera un bénéfice appréciable au mouvement théosophique, et compensera suffisamment le temps que vous y consacrerez, et qui aurait pu être employé au travail général, parmi ceux prêts à vous écouter.

Ne dépréciez jamais les efforts d'un membre sincère désireux de répandre la Théosophie, pour la simple raison que ces efforts ne répondent pas à votre idéal de méthode ou de convenance.

Découragez toute tentative ayant pour but d'instaurer une censure de la littérature ou du travail théosophique, car une telle censure va à l'encontre du programme large et généreux qui constitue la base de la Société.

Ne vous laissez pas ébranler parce que des hommes de science revendiquent comme leurs propres découvertes récentes ce que la littérature théosophique a toujours enseigné ; souvenez-vous que nous appartenons à ce mouvement non pour la gloire, mais afin que les hommes atteignent à la vérité, quelle que soit la source dont ils prétendent la tenir.

N'oubliez jamais qu'une Branche théosophique existe pour l'étude de la théosophie, et non pour la discussion de sujets étrangers. top-iconRetour en Hauttop-icon

Lire la suite...

Le dogmatisme en Théosophie

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

La Société Théosophique fut fondée pour détruire le dogmatisme. C'est une interprétation de son premier but – la Fraternité Universelle. Et le Col. Olcott, dans son allocution d'inauguration en 1875, au Mott Mémorial Hall, à New-York, disait que tel était le but poursuivi, et montrait les effets désastreux de l'intolérance dans le passé. Mme H.P. Blavatsky eut connaissance du discours qui lui fut communiqué au préalable, et elle l'approuva, car elle était présente à sa lecture.

Dans La Clef de la Théosophie, à la « Conclusion », H.P.B. fait à nouveau allusion, à ce sujet, et émet l'espoir que la Société ne deviendra pas dogmatique après sa mort, et qu'elle restera libre et tolérante, et que ses membres resteront sages et altruistes. Dans tous ses écrits, dans toutes ses remarques, privés ou publics, elle répète sans cesse la même idée. L'auteur à la preuve directe de ceci dans des écrits privés de H.P.B.

Lire la suite...

Détruire les illusions

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Beaucoup de gens qui n'aiment pas faire de peine aux autres sont portés à ne pas intervenir dans les croyances d'autrui qui sont de pures illusions, de crainte de les blesser en arrachant ce voile. L'Église chrétienne et plus spécialement la branche catholique, a soutenu l'argument que les croyances, credos et dogmes illusoires, ne devaient pas être détruits, aussi longtemps que le croyant était heureux ou restait dans le droit chemin, et elle s'en est servi comme d'un moyen puissant pour enchaîner dans des liens de fer, le mental de l'homme. Elle ajoute de plus, habituellement, qu'à moins de conserver intacts ces dogmes .et ces croyances, la morale disparaîtra complètement. Mais l'expérience prouve que cette façon de voir est inexacte.

Lire la suite...

Beaucoup de lecture, peu de réflexion

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Le sage a dit à juste raison qu'il n'y a pas de fin à la production de livres. Si cela était vrai de son temps, il en est de même de nos jours. Parmi les membres de la Société Théosophique, le défaut de lire trop de ces livres qui paraissent constamment, et de réfléchir trop peu sur ce qu'ils lisent est très répandu.

Lire la suite...