Vendredi 23 Juin 2017

Mis à jour le Ven. 23 Jui. 2017 à 16:25

Retour Pensée du Moment Changer d'optique

Changer d'optique

AddThis Social Bookmark Button

Pour vivre la spiritualité, il faut radicalement changer d’optique, et considérer la Nature et toute l’Humanité comme plus importants que nous-même, car l’esprit, dans la nature et dans l’homme transcende infiniment ses enveloppes matérielle et personnelle.

Le seul dieu que nous puissions connaître réside à l’intérieur du cœur humain ; d’où la maxime de l’Oracle de Delphes, « Homme, connais-toi toi-même », et on peut rajouter « tu connaîtras l’Univers et les Dieux ».
Le matin, au début d’une journée, ainsi que le soir au coucher, il est conseillé de réserver un moment pour penser à un idéal ou un verset d’un livre dévotionnel, de façon à donner une note tonique de spiritualité pour la journée ou pour la nuit. Cela maintien une orientation élevée, aidée par la volonté sous-jacente, quelle que soit l’issue des évènements.

Dans son ouvrage Le monde est un sanctuaire, Henyk Skolimowski, écrit :

« L’un des principes de la pensée écologique veut que le monde soit un sanctuaire et que nous le traitions comme tel. Dès lors, il nous faut porter un regard radicalement différent sur l’univers et la place que nous y occupons. Si nous habitons un sanctuaire nous devons le traiter avec soin et respect. Nous devons être les gardiens et les bergers de la Terre et nous en devenons, tout naturellement les régisseurs. […]
« L’Univers poursuit un voyage chargé de sens, voyage dont nous sommes partie intégrante. La nouvelle astrophysique, la nouvelle physique, et le principe anthropique l’attestent. Nous vivons dans un univers intelligent, qui se régénère tout seul.
« Êtres cosmiques, nous partageons avec l’univers dans son intégralité la dimension transcendantale et le besoin de nous auto-réaliser. Ce sont là les bases de toute spiritualité véritable.
« Un voyage merveilleux nous attend, un voyage au cours duquel nous cherchons à donner vie au sens cosmique dont nous sommes porteurs, à aider l’univers et toutes ses créatures à progresser dans la réalisation d’eux-mêmes et à hâter la guérison de la Terre pour la voir fleurir à nouveau. »