Samedi 24 Juin 2017

Mis à jour le Sam. 24 Jui. 2017 à 16:25

Retour La Chronique L'humanité doit coopérer avec la nature

L'humanité doit coopérer avec la nature

AddThis Social Bookmark Button

Le progrès de la civilisation
Image 11« Par suite des progrès triomphants et de l'invasion de la civilisation, la Nature, comme l'homme et la morale, sont sacrifiés et ne tardent pas à devenir artificiels. Les climats changent et la face du monde sera bientôt complètement modifiée. Sous la main meurtrière des pionniers de la civilisation, la destruction totale de forêts primitives conduit à l'assèchement de rivières, et le creusement du canal de Suez a changé le climat de l'Egypte, comme celui du canal de Panama fera dévier le cours du Gulf Stream. […] L'air pur de la campagne est pollué par la fumée, les odeurs graisseuses des locomotives, et les relents écœurants du gin, du whisky et de la bière. Et dès que les coins de nature vierge auront disparu du paysage, et que l'œil des peintres ne se posera plus que sur les produits artificiels et hideux de la spéculation moderne, le goût artistique devra emboîter le pas, et disparaître à son tour.
« Consummatum est. Voilà l'œuvre de notre civili¬sation […] et ses effets directs. Agent de destruction de l'art, Shylock qui, pour chaque parcelle d'or qu'il donne, exige et reçoit en retour une livre de chair humaine, dans le sang du cœur, dans la souffrance physique et mentale des masses, dans la perte de tout ce qui est vrai et digne d'être aimé, ne mérite guère de reconnaissance ni de respect. […] L'artificiel remplace le réel, le faux est substitué au vrai. Il ne reste plus, dans le sein de la nature, une seule vallée ensoleillée, ni un bosquet ombragé qui soit encore vierge. […] Les civilisations anciennes n'ont jamais sacrifié la Nature à la spéculation, mais la considérant comme divine, elles ont honoré ses beautés naturelles en érigeant des œuvres d'art telles que notre civilisation électrique moderne n'aurait jamais pu en produire, même en rêve. […] Sommes-nous tellement dans l'erreur en maintenant que la civilisation moderne, avec son Esprit de Spéculation, est le Génie même de la Destruction ; et comme tel, quelles meilleures paroles peut-on lui adresser que la définition donnée par Burke : « Un Esprit d'innovation est généralement le résultat d'un caractère égoïste et d'un point de vue étroit. Ceux qui ne se retournent jamais vers leurs ancêtres, ne s'occuperont pas de la postérité. » ‒ H.P. Blavatsky, « La civilisation, la mort de l’art et de la beauté » (Cahier Théosophique n°74).

Aider la Nature
Image 14« L'homme qui découvre en lui-même la source du flot de douceur, qui pénètre la Nature et toutes les formes de vie, a soulevé cette entrave et s'est élevé à l'état où il n'y a pas d'esclavage. Il sait qu'il est une partie du grand tout, et c'est cette connaissance qui est son héritage. C'est par la rupture du lien arbitraire qui le rive à son centre personnel qu'il atteint sa majorité, et devient maître de son royaume. Tandis qu'il s'épanouit, en avançant grâce à de multiples expériences le long de toutes ces lignes qui sont centrées au point où il est incarné, il découvre qu'il est en contact avec toute vie et qu'il renferme le tout en lui-même. » « Au lieu de se dresser contre les forces [de la Nature], s'y joindre ; devenir un avec la Nature, et marcher aisément sur son sentier. Ne résistez donc pas aux circonstances de la vie, ne vous révoltez pas contre elles, pas plus que les plantes ne se révoltent contre la pluie et le vent. Alors, d'un seul coup, à votre étonnement, vous trouverez que vous avez du temps et de la force en excès à employer dans la grande bataille que tout homme doit inévitablement livrer — celle qui se déroule en lui-même, celle qui conduit à sa propre conquête. » ‒  Par les Portes d’Or, pp. 57/8, 87/8.

« Aide la Nature et travaille avec elle ; et la Nature te considérera comme l'un de ses créateurs et fera sa soumission.
« Et devant toi elle ouvrira tout grands les portails de ses chambres secrètes et mettra à nu sous tes yeux les trésors cachés dans les profondeurs de son sein pur et vierge. Impolluée par la main de matière, elle ne montre ses trésors qu'à l'œil de l'Esprit, l'œil qui jamais ne se ferme, l'œil pour lequel il n'y a nul voile dans tous ses royaumes.
« Alors, elle te montrera les moyens et la voie, la première porte et la seconde, la troisième, et jusqu'à la septième ; et puis le but - au-delà duquel se trouvent, baignées dans la lumière solaire de l'Esprit, des gloires ineffables, et invisibles, sauf à l'œil de l'Âme. » ‒ H.P. Blavatsky, La Voix du Silence, pp. 29/30.

« Les Maîtres de Sagesse considèrent que l'être humain est le produit le plus élevé de tout le système de l'évolution et qu'il reflète en lui chaque force de la nature, de la plus merveilleuse à la plus terrible ; c'est par le fait même qu'il est un tel miroir qu'il est un homme. » ‒ W.Q. Judge, L’Océan de Théosophie, p. 144.
« Une connaissance des lois occultes permet à l’homme de faire du bien, dans tout domaine de son choix, sans même lever le petit doigt, mais également de faire du mal. Le moyen par lequel ce bien ou ce mal est fait implique toujours une maîtrise d’êtres invisibles, qui sont les messagers de celui qui sait les utiliser et qui les comprend. Il lui suffit de libérer en lui-même le pouvoir qui pousse ces entités à remplir leur mission, quelle qu’elle soit. […] Il convient de nous demander si nous sommes prêts à accepter la responsabilité qu’implique une connaissance de ces lois. […] Il nous faut vivre la Théosophie pour connaître sa doctrine, de même nous faut-il « vivre la vie » pour pouvoir connaître ses lois. […] C’est alors seulement que chacun connaîtra la vérité sur lui-même et tous les autres êtres ; alors seulement qu'il obtiendra le pouvoir que nous recherchons tous : celui d’être une force bénéfique de la nature. » ‒ R. Crosbie, « Le côté occulte de la Nature », (Cahier Théosophique, N°185, pp. 21 à 24).

La souffrance des animaux
Image 18« Nous influençons le règne animal par l'intermédiaire de la lumière astrale. Nous avons imprimé sur celle-ci des images de cruauté, d'oppression, de domination et de crime. Tout ce monde [en général] admet que l'homme peut tuer les animaux sans discrimination et se base pour cela sur la théorie […] selon laquelle les animaux n'auraient pas d'âme. On enseigne ces idées même aux très jeunes enfants qui commencent dès leur âge tendre à tuer des insectes, des oiseaux et d'autres animaux, nullement en vue de se défendre mais pour le simple plaisir. […] Supposez que ces gens puissent se saisir des élémentaux aussi facilement que des animaux, que feraient-ils ? Ils les tueraient pour s'amuser quand ils n'auraient pas envie de les utiliser à leur profit, ou bien si les élémentaux refusaient de leur obéir la mort serait la punition immédiate. Le monde élémental perçoit ces choses, sans en avoir conscience, bien sûr ; mais, selon les lois d'action et de réaction, nous recevons de lui en retour exactement ce que nous lui donnons. » ‒ H.P. Blavatsky & W.Q. Judge, « Conversation sur l’occultisme », Cahier Théosophique, N°78, p. 14.

Le destin commun de l’homme et de la nature
Image 12« Comme l'explique Saint. Paul, « La créature elle-même (et ipso creatura) sera aussi délivrée de la servitude de la corruption, » [lors de la « dernière Résurrection », c’est-à-dire à la fin de la grande période évolutive de notre planète].
« Autrement dit, le germe ou l'âme animale indestructible, […] accédera à une forme supérieure et continuera, en même temps que l'homme, à progresser jusqu'à des états et des formes plus élevés, pour terminer ― animal et homme, tous ensemble ― dans « la glorieuse liberté des enfants de Dieu » (8, 21).
« Et cette « glorieuse liberté » ne peut s'atteindre que par l'évolution, ou le progrès karmique, de toutes les créatures. La bête privée de parole, après avoir évolué depuis le stade de la plante à moitié sensible, doit parvenir à se transformer, par degrés, en homme, esprit, Dieu, etc., ad infinitum. Car, dit St. Paul (Épitre aux Romains, 8, 22) : « Nous savons [« nous », les Initiés] que la création tout entière gémit et souffre les douleurs de l'enfantement jusqu'à maintenant. » […]
« Oui, c'est nous, les hommes, qui avons les « prémices de l'Esprit » ― la lumière directe de Parabrahm, l'Âtma, [l’Esprit], ou le 7e principe en nous-mêmes, grâce à la perfection de notre 5e principe, Manas [l'intelligence], qui est bien moins développé dans l'animal. Cependant, en compensation, leur karma est bien moins lourd que le nôtre. Mais ce n'est pas une raison pour qu'ils ne puissent atteindre un jour la perfection qui doit conférer à l'homme pleinement évolué la forme Dhyan-chohanique [d’Entité céleste]. […]
« L'espérance de rédemption ou de délivrance, pour l'entité spirituelle qui survit, de « la servitude de la corruption » (ou la succession des formes matérielles temporelles) est pour toute créature vivante, et non pour l'homme seulement. » ‒ H.P. Blavatsky, « Les animaux ont-ils une âme ? », Cahier Théosophique, N°170/171, pp. 44/5.

La lumière astrale ‒ La grande mémoire de la Nature
Image 19« La Théosophie enseigne l'existence d'un milieu très éthéré, universellement répandu, qui a été appelé « lumière astrale » et « Âkâsha ». Là est conservée la trace de tous les événements passés, présents et futurs ; et les effets des causes spirituelles, et de tous les actes et pensées, provenant de l'Esprit ou de la matière, y sont enregistrés. […]
Et cette lumière astrale est matérielle et non spirituelle. Elle est, en réalité, le principe inférieur du corps cosmique dont l'Âkâsha est le principe le plus élevé. Elle a le pouvoir de conserver toutes les images. Ceci implique l'affirmation que chaque pensée, chaque mot, chaque acte y imprime une image. Ces images possèdent, pour ainsi dire, deux vies : d'abord, leur propre vie en tant qu'images, en second lieu, l'impression qu'elles laissent dans la matrice de la lumière astrale. Dans le domaine supérieur de cette lumière, il n'existe rien de comparable à l'espace ou au temps, au sens humain de ces termes. Chacun des événements futurs résulte des pensées et des actions des hommes, en ce sens que celles-ci créent à l'avance l'image de l'événement qui devra se produire. Les hommes ordinaires sont continuellement, sans réfléchir et méchamment, les créateurs des événements qui ne manqueront pas d'arriver, mais les Sages, les Mahâtmas et les Adeptes de la Bonne Loi ne forment que des images en harmonie avec la Loi Divine, parce qu'ils contrôlent la production de leur pensée. La lumière astrale renferme aussi tous les sons différenciés. Les élémentaux y constituent des centres d'énergie. Les ombres des êtres humains décédés, ainsi que des animaux, s'y trouvent également. Ainsi, tout voyant, toute personne en transe, peut voir dans la lumière astrale ce qu'un être quelconque a fait ou dit, comme aussi tout ce qui est arrivé à quiconque est en rapport avec lui. » ‒ W.Q. Judge, Épitomé de Théosophie.
« Nous devons, chacun d'entre nous, faire de notre être un centre de lumière — une sorte de galerie d'images vivantes, capable de projeter dans la lumière astrale des scènes, des influences et des pensées qui soient à même d'impressionner en bien de nombreux individus, en créant ainsi un nouveau courant, avec, comme résultat final, la perspective de ramener parmi nous tout ce qui est grand et bon, des autres sphères qui s'étendent au-delà de la terre. » ‒ W.Q. Judge, Les Lettres qui m’ont aidé, p. 104.
Lecture complémentaire
Quelques autres références sont proposées dans la note complémentaire : « Le thème de la Nature en Théosophie » - extraits d’écrits d’H.P. Blavatsky et de W.Q. Judge.

top-iconRetour en Hauttop-icon