Jeudi 27 Juillet 2017

Mis à jour le Jeu. 27 Juil. 2017 à 16:25

Retour La Chronique Le Mouvement Théosophique - Passé, présent et futur

Le Mouvement Théosophique - Passé, présent et futur

AddThis Social Bookmark Button

L'origine du Mouvement
« La RELIGION-SAGESSE a toujours été une et, comme elle est le dernier mot de toute connaissance humaine possible, elle a été soigneusement préservée. Elle existait depuis de longs âges avant les théosophes alexandrins, elle s'est perpétuée jusqu'à nos jours et elle survivra à toute autre religion et philosophie. » − La Clef de la Théosophie, p. 21.

« La Théosophie [...] a existé éternellement à travers les cycles sans fin du passé, elle existera à jamais à travers l'infinité des temps de l'avenir, car la Théosophie est synonyme de VÉRITÉ ÉTERNELLE. » − La Clef de la Théosophie, p. 317.
L'histoire du Mouvement Théosophique a traversé les siècles, son début se perd dans la nuit qui précède la mémoire de l'homme. Ces représentants, instructeurs et porte-paroles ont tous indiqué la même chose – que son origine est l'impulsion évolutive de la grande Nature ; son but est l'élévation et l'émancipation des jougs de la souffrance et de l'ignorance, de tout ce qui vit sur terre. Il enseigne l'immortalité de l'âme – de l'Ego spirituel durable – cet éternel pèlerin qui voyage de vie en vie, passant de civilisation en civilisation, parfois gagnant, parfois échouant, mais avançant toujours sur la voie du destin qu'il se fabrique. [...]
Le véritable Mouvement Théosophique n'est pas une question « d'organisations ». Alors qu'il peut opérer à travers des organisations, comme les âmes utilisent des corps, la vie d'une organisation ne définit et ne limite d'aucune façon la vie du Mouvement Théosophique. H.P. Blavatsky ne se souciait que peu ou pas pour les formes institutionnelles. [...] (Extraits de The Theosophical Movement, Ed. Cunningham Press, USA).

Une impulsion renouvelée dans le dernier quart de chaque siècle
A la fin de La Clef de la Théosophie, H. B. Blavatsky précise que « pendant le dernier quart de chaque siècle, ces « Maîtres », [...] font une tentative en vue de favoriser, d'une façon nette et marquante, le progrès spirituel de l'humanité ». Ainsi vers la fin de chaque siècle, on trouve invariablement un « déversement d'énergies ou un bouleversement dans le sens d'une montée dans le domaine de la spiritualité. [...] » ‒ (La Clef de la Théosophie, p. 319).
« Depuis quelques siècles, et d'une façon cyclique, un Mouvement spirituel est déclenché dans le monde par les Mahatmas, débutant vingt-cinq ans avant la fin de chaque siècle et se terminant avec lui. Au bout de ces vingt-cinq ans, les Maîtres n'envoient plus avec autant de puissance et d'intensité, la force qu'ils ont transmise pendant ce quart de siècle, mais cela ne veut pas dire qu'ils se désintéressent du monde. Ils laissent germer les idées dans le mental des hommes, mais ils n'enlèvent jamais à ceux qui la méritent, l'aide qui est due et donnée à tous. » − Extrait de l'article « Les Maîtres de Sagesse » (Cahier Théosophique N°3).

L'année 1875 marque le début de la conjonction de plusieurs cycles
« II y a plusieurs cycles remarquables qui arrivent à leur terme à la fin de ce siècle. Tout d'abord, les 5.000 [premières] années du cycle du kali yuga, puis le cycle messianique des Juifs samaritains (ainsi que kabbalistes) qui se rapporte à l'homme lié aux Poissons ([en grec] Ichthys ou [en hébreu] Dag, l'« Homme-poisson »). C'est un cycle, de caractère historique, et d'une durée limitée, mais d'une nature très occulte, qui s'étend sur environ 2155 ans, dont la signification n'apparaît vraiment que si on le compte en mois lunaires. Une fin de ce cycle se produisit en 2410, puis en 255 av. J.-C. c'est-à-dire lorsque le point équinoxial entra dans le signe du Bélier et ensuite dans celui des Poissons. Dans quelques années, quand il passera dans le signe du Verseau, les psychologues auront devant eux un surcroît de travail, et les caractéristiques psychiques de l'humanité entreront dans une phase de grand changement. » ‒ (Extrait de l'article de H.P. Blavatsky « Le caractère ésotérique des Évangiles » (Cahier Théosophique n°162).
« Le fait de l'intersection des 3 cycles signalant un événement extraordinaire dans la venue d'un certain personnage est au cœur d'une compréhension de toute la philosophie. Si nous ne saisissons pas que l'origine de cette philosophie est une vraie connaissance, et si nous ne réalisons pas que l'Être qui nous la présenta la connaissait, et qu'il répandit tout ce qui pouvait être donné à son époque, nous n'avons pas compris le premier indice. Avec cet indice, nous pouvons recevoir de plus en plus de lumière dans toutes les directions ; nous pouvons voir ce que ces choses signifient, car cette idée tend réellement à ouvrir ce que vous pouvez appeler l'œil spirituel. »  ̶  (Ouvrage de R. Crosbie, Réponses aux questions sur l'Océan de Théosophie, Ch. XIV, Q. 35).

L'apport de cette impulsion spirituelle pour l'Orient et l'Occident
Les efforts de la Société Théosophique en Inde « ont infusé une vitalité nouvelle et vigoureuse dans la philosophie hindoue, ravivé la religion de ce pays, regagné l'adhésion de la classe instruite aux croyances ancestrales, créé un enthousiasme pour la littérature sanskrite qui se manifeste de façon diverses : republication de documents anciens comme encyclopédies, textes religieux et commentaires, fondation de nombreuses écoles de sanskrit, reconnaissance et soutien du sanskrit par des Princes locaux, etc. En outre, par les moyens mis en œuvre et les foyers actifs établis dans ce domaine littéraire, la Société a répandu dans le monde entier une connaissance de la philosophie aryenne et un intérêt pour elle. »
« Les répercussions de ce travail se manifestent dans la demande populaire de littérature théosophique et l'intérêt pour les romans et récits de revues illustrant des idées de l'Orient. Un autre effet important est la modification, sous l'influence de la philosophie orientale, des conceptions des spirites, nettement amorcée en ce qui concerne l'origine d'un aspect de l'intelligence qu'on trouve à l'œuvre derrière les phénomènes médiumniques ».
Le Mouvement Théosophique a « aidé l'Occident à envisager un idéal plus digne de potentialités de l'homme que celui qu'il possédait auparavant. L'étude de la psychologie orientale a donné à cet Occident la clef de certains mystères jusque là déconcertants, comme, par exemple, dans le domaine du mesmérisme ou de l'hypnotisme, et dans celui des soi-disant rapports posthumes entre l'entité humaine désincarnée et les vivants. Elle a également fourni une théorie expliquant la nature et les relations propres de la Force et de la Matière, susceptible d'être vérifiée pratiquement par quiconque peut être à même d'apprendre et de suivre les méthodes expérimentales des Écoles orientales de science occulte. [...] Cette science, avec la philosophie qui la complète, fait la lumière sur certains des problèmes les plus profonds concernant l'homme et la nature, en permettant de combler ce qui, en science, constitue le fameux « gouffre infranchissable *», en rendant possible, en philosophie, de formuler une théorie conséquente de l'origine et de la destinée des corps célestes, avec tout ce qu'ils produisent de règnes et de plans divers. [...] La philosophie de l'Advaita entre en scène avec sa théorie très élaborée de l'évolution de la matière différenciée (Prakriti) à partir de l'indifférenciée (Mulaprakriti) ― la « racine sans racine ». ». ‒ (Extrait de l'article de H.P. Blavatsky « Nos trois buts » (Cahier Théosophique n°172).
* [L'expression « impassable chasm » est du savant John Tyndall. Mme Blavatsky l'a utilisée comme titre du 12e chapitre (1er volume) de son œuvre Isis Unveiled ( = Isis dévoilée). Ce « gouffre infranchissable » renvoie au mystère des rapports inexplicables, pour la science, entre matière et conscience.]

Une réponse au mental en évolution
La Théosophie fournit les bases d'une psychologie transpersonnelle, permettant d'expliquer notamment :

  • Les pouvoirs latents dans l'homme. Elle fait une distinction entre les pouvoirs spirituels et psychique et met en garde sur le développement prématuré des pouvoirs psychiques. La purification et l'éveil spirituels devant être le but recherché.
  • Le pourquoi et le comment des phénomènes spirites, et psychiques en général, en les distinguant des authentiques expériences spirituelles.
  • Le scénario réel du mourir, avec des précisions qui éclairent les récits modernes des rescapés de la mort,
  • L'expérience posthume de la conscience, en donnant un sens nouveau à la mort, dans la perspective logique de la réincarnation.
  • Elle prouve à l'homme qu'il n'y a pas de miracles, qu'il n'y en a jamais eu et qu'il n'yen aura jamais, car rien de surnaturel ne peut se produire dans notre univers étant donné que, sur terre du moins, le seul dieu qui existe est l'homme lui-même.

Le Mouvement Théosophique et le futur
L'avenir « dépendra presque entièrement du degré de désintéressement, de sincérité, de dévouement et finalement — ce qui n'est pas le moins important — de la mesure de connaissance et de sagesse » que possèderont les individus qui continueront le travail d'étude et de propagation de la philosophie de la Théosophie.
Elle « pénétrera peu à peu, comme un levain, la grande masse des gens réfléchis et intelligents, de ses idées nobles et généreuses de Religion, de Devoir et de Philanthropie. Elle brisera lentement, mais sûrement, les entraves de fer des crédos et des dogmes, des préjugés de caste et de classe ; elle détruira les antipathies nationales et raciales, ainsi que les barrières qu'elles ont érigées, et ouvrira ainsi la voie à la réalisation pratique de la Fraternité entre tous les hommes ».
« Le développement mental et psychique de l'homme suivra harmonieusement le cours de son amélioration morale, tandis que les circonstances matérielles où il vivra refléteront la paix et la bienveillance fraternelle qui domineront sa pensée, au lieu de la discorde et des conflits ». ‒ (La Clef de la Théosophie, pp. 317/9).

top-iconRetour en Hauttop-icon