Lundi 25 Septembre 2017

Mis à jour le Lun. 25 Sep. 2017 à 09:43

Retour La Chronique L'éducation pour tous

L'éducation pour tous

AddThis Social Bookmark Button

L'éducation pour tous : un objectif du millénaire
« Alors qu'approche l'échéance de 2015, il est clair que des progrès considérables ont été accomplis depuis l'adoption des objectifs de l'EPT et des Objectifs du Millénaire pour le développement, mais la tâche n'est pas encore achevée. De nouveaux défis sont apparus, qui menacent de réduire à néant certains succès récents, le tribut le plus lourd étant payé par les plus pauvres et les plus vulnérables. L'urbanisation rapide s'accompagne de menaces dues à la récession économique, à la dégradation de l'environnement, à l'insécurité alimentaire et à d'autres facteurs. Le Rapport présentera de nouveaux éléments d'information montrant que l'apprentissage qui est équitable – qui offre une chance égale à tous – est essentiel si l'on veut que les jeunes acquièrent les compétences dont ils ont besoin pour trouver du travail dans un monde en mutation. Une éducation équitable peut aider les individus à réclamer le type de changement démocratique qui garantira les bienfaits du développement à tous les citoyens. L'éducation améliore la santé et les moyens d'existence, autonomise les femmes et les autres groupes vulnérables, stimule la croissance économique et réduit la pauvreté par des moyens qui aident à assurer des gains pour les générations à venir. » – Extrait du site de l'UNESCO, « Rapport mondial de suivi sur l'EPT 2013 ».
Mme Blavatsky avait écrit il y a plus d'un siècle qu'un système éducatif « devrait développer un esprit très vigoureux et libéral, strictement entraîné à penser de façon logique et précise, sans foi aveugle ».
« Nous réduirions à un strict minimum tout travail de mémoire purement mécanique et consacrerions le temps à développer et cultiver les facultés de nos élèves, leurs sens intérieurs et leurs capacités latentes. Nous nous efforcerions de nous occuper de chaque enfant individuellement, de l'éduquer de façon à favoriser l'épanouissement le plus équilibré et harmonieux possible de tous ses pouvoirs, afin que ses aptitudes particulières parviennent à leur plein développement naturel. Notre but serait de créer des hommes et des femmes libres, libres intellectuellement, libres moralement, sans aucun préjugé en quoi que ce soit, et, par-dessus tout, affranchis d'égoïsme. Et cela, croyons-nous, pourrait être réalisé en grande partie, sinon en totalité, par l'effet d'une bonne éducation véritablement théosophique. » – La Clef de la Théosophie, pp. 283-4.
Un tel système responsabilise chacun et développe une générosité intelligente et une saine émulation au lieu d'un environnement de compétition acharnée qui insécurise.
La confiance en soi est liée à la confiance dans la vie et dans les autres. « La Soi-Connaissance est l'enfant d'actions aimantes » (La Voix du Silence).

 

Changer la mentalité est un processus lent
« Il faut être très attentif pour découvrir si son motif est vraiment aussi altruiste qu'on le prétend.
« La véritable philosophie [...] enseigne que c'est seulement par la coopération des chercheurs que l'on peut arriver à la vérité. [...] Aucun mental ne possède toute la connaissance possible, et chacun, par nature, n'est capable de voir que le côté particulier qui s'offre à lui facilement, en raison de son hérédité raciale et des tendances surajoutées par son éducation. [...] Nous ne pouvons pas modifier d'un coup les tendances inhérentes des atomes de notre cerveau, ni nous changer en un éclair. Nous sommes insensiblement affectés par notre éducation, par les idées de notre jeunesse, par la pensée, quelle qu'elle ait pu être, que nous avions avant d'aborder la Théosophie. Il nous faut être patients, non pas avec le système théosophique mais avec nous-mêmes, et accepter d'attendre que se produise graduellement sur nous l'effet des idées nouvelles.
« L'adoption de ces idées est en fait une nouvelle incarnation mentale, et nous devons, [...] évoluer à partir de l'ancien état et progressivement déraciner avec soin les anciennes tendances. [...] L'unique processus consiste à approfondir et essayer de comprendre la loi d'unité spirituelle et le fait que nul être n'est séparé des autres, mais que tous sont un sur le plan de l'esprit, et que pas une seule personne ne possède en propre un esprit particulier, mais que l'atman [l'esprit], qu'on appelle le « septième principe », est, en fait, la synthèse du tout et la propriété commune de tous les êtres, supérieurs et inférieurs, humains, animaux, animés, inanimés ou divins. C'est ce qu'enseigne la Mundaka Upanishad des Hindous, et le titre même de « Mundaka » renvoie à l'idée de « raser », parce qu'elle « rase » les erreurs qui barrent la voie vers la vérité, en permettant alors à la lampe brillante de la connaissance spirituelle d'illuminer notre nature intérieure. » W.Q. Judge, article « Étude et travail Théosophique » (Cahier Théosophique n°148).

Lectures complémentaires
An annexe on trouvera des extraits d'articles sur les thèmes suivants :
• Le rôle de la maman dans l'éducation de la prime enfance ;
• Humaniser l'enfant ;
• Conscience et éducation ;
• Quelques réflexions complémentaires.
• Le besoin du cycle actuel ;
• Karma est le grand instructeur ;
• L'éducation morale ;
• L'instructeur.
Lire l'annexe : « La véritable éducation dans l'optique théosophique – citations. »


top-iconRetour en Hauttop-icon