Vendredi 18 Août 2017

Mis à jour le Ven. 18 Août 2017 à 09:43

Retour H.P. Blavatsky Articles H.P. Blavatsky Nos Trois Buts - III. Occultisme

Nos Trois Buts - III. Occultisme

  • PDF
Index de l'article
Nos Trois Buts
I. La Fraternité
II. Orient : Philosophie, littérature, etc.
III. Occultisme
Notes
Toutes les pages

III. Occultisme

Bien qu'une minorité seulement de nos membres aient des dispositions mystiques, la clef de tous nos succès, tels qu'ils ont été énumérés ci-dessus, tient, en réalité, à ce que nous reconnaissons l'existence effective du Soi Supérieur ― qui est sans couleur et cosmopolite, non sectaire et sans sexe, sans contingence terrestre et altruiste ― et à ce que nous accomplissons notre œuvre sur cette base. Pour le séculariste matérialiste, l'agnostique, le pseudo-savant, de tels résultats auraient été hors de toute atteinte ― bien plus, ils auraient été impensables.

Les sociétés pacifistes sont utopiques pour la raison qu'aucune espèce d'argument basé sur des considérations exotériques de morale sociale, ou de convenance, n'est capable de détourner le cœur des chefs des nations de guerres égoïstes et de projets de conquête.

Les différenciations sociales ― qui résultent des évolutions physiques et de l'environnement matériel ―engendrent des haines raciales et des antipathies sectaires et sociales qui sont insurmontables si on attaque les problèmes de l'extérieur. Mais puisque la nature humaine est toujours identique, tous les hommes sont également ouverts à des influences qui se concentrent sur le « cœur » humain et font appel à l'intuition humaine ; et puisqu'il n'existe qu'une seule Vérité Absolue ― et en cela se trouvent l'âme et la vie de toutes les croyances des hommes ― il est possible de contracter une alliance réciproque en vue de rechercher et répandre cette Vérité fondamentale. Nous savons qu'un terme très large pour désigner cette Vérité Éternelle est la « Doctrine Secrète » : nous l'avons prêchée (5), et avons obtenu une audience ; jusqu'à un certain point nous avons balayé les vieilles barrières, formé notre noyau de fraternité et, en redonnant vie à la littérature aryenne, nous avons fait se répandre, parmi les nations les plus éloignées, ses précieux enseignements religieux, philosophiques et scientifiques.

Si, dans notre Société, nous n'avons pas ouvert de vraies écoles pour former des adeptes, nous avons du moins mis en avant un certain nombre de preuves confirmant l'existence des adeptes et la nécessité logique de l'adeptat dans l'ordre naturel du développement humain : Ce faisant, nous avons aidé l'Occident à envisager un idéal plus digne de potentialités de l'homme que celui qu'il possédait auparavant. L'étude de la psychologie orientale a donné à cet Occident la clef de certains mystères jusque là déconcertants, comme, par exemple, dans le domaine du mesmérisme ou de l'hypnotisme, et dans celui des soi-disant rapports posthumes entre l'entité humaine désincarnée et les vivants. Elle a également fourni une théorie expliquant la nature et les relations propres de la Force et de la Matière, susceptible d'être vérifiée pratiquement par quiconque peut être à même d'apprendre et de suivre les méthodes expérimentales des Écoles orientales de science occulte. Notre propre expérience nous amène à dire que cette science, avec la philosophie qui la complète, fait la lumière sur certains des problèmes les plus profonds concernant l'homme et la nature, en permettant de combler ce qui, en science, constitue le fameux « gouffre infranchissable » (6), en rendant possible, en philosophie, de formuler une théorie conséquente de l'origine et de la destinée des corps célestes, avec tout ce qu'ils produisent de règnes et de plans divers. Là où Mr Crookes est arrêté dans sa recherche des méta-éléments, et se trouve incapable de découvrir la trace des atomes manquants dans son hypothétique série septuple, la philosophie de l'Advaita entre en scène avec sa théorie très élaborée de l'évolution de la matière différenciée (Prakriti) à partir de l'indifférenciée (Mûlaprakriti) ― la « racine sans racine ».

Avec la présente publication de la Clef de la Théosophie (7), un ouvrage nouveau, expliquant clairement, et en un langage simple et sans détours, ce que croit notre Théosophie ésotérique, et ce qu'elle ne croit pas ― et rejette positivement ― il n'y aura plus aucun prétexte pour nous lancer à la figure des accusations fantastiques. Désormais, les « correspondants » des feuilles hebdomadaires, spirites et autres, tout comme ceux qui affligent les quotidiens respectables de leurs dénonciations de prétendus « dogmes des théosophes », qui n'ont jamais existé en dehors de la tête de nos accusateurs, devront prouver ce qu'ils nous imputent, en citant chapitres et paragraphes de nos publications théosophiques, en particulier de la Clef de la Théosophie.

Ils ne pourront pas plaider l'ignorance ; et, s'ils s'entêtent à dénoncer, ils devront le faire sur l'autorité de ce qui se trouve énoncé dans ce livre, vu que chacun a maintenant une occasion facile qui lui est offerte d'apprendre notre philosophie.

Pour terminer, notre Société a fait plus, en ses quatorze années d'existence, pour familiariser les penseurs occidentaux avec la grande pensée aryenne, et sa source de découvertes, qu'aucun autre organisme au cours des dix-neuf siècles écoulés. Ce qu'elle est susceptible d'accomplir dans l'avenir ne peut être dit à l'avance, mais l'expérience justifie l'espoir qu'elle puisse faire beaucoup et qu'elle élargisse encore le champ déjà vaste de son activité utile.

H.P. Blavatsky top-iconRetour en Hauttop-icon