Dimanche 24 Septembre 2017

Mis à jour le Dim. 24 Sep. 2017 à 09:43

Retour H.P. Blavatsky Articles H.P. Blavatsky Note sur la notion de Fohat

Note sur la notion de Fohat

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

1 La Doctrine Secrète (Volume I, page 85)

« Fohat durcit les atomes », c’est-à-dire en infusant de l’énergie en eux, il disperse les atomes ou matière primordiale. Il se disperse lui-même en dispersant la matière en atomes » (MSS Commentaires).
« C’est par Fohat que les idées du Mental Universel sont imprimées sur la matière. On peut se faire une vague idée de la nature de Fohat à partir de l’appellation d’Électricité cosmique qu’on lui applique parfois ; mais aux propriétés généralement connues de l’électricité doivent être ajoutées dans ce cas d’autres, y compris l’intelligence. Il est intéressant de noter que la science moderne est arrivée à la conclusion que toute activité cérébrale est accompagnée de phénomène électrique. »
(The Secret Doctrine, éd. originale de 1888, vol. 1 p. 85.)

2 La Doctrine Secrète (Volume I, pages 107-111)
« [LES FILS DIVINS] FONT DE LUI [FOHAT] LE MESSAGER DE LEUR VOLONTÉ … IL EST L’ÉTALON ET LA PENSÉE EST LE CAVALIER (c.-à-d. il est sous l’influence de leur pensée qui le guide) … IL ÉLÈVE LA VOIX ET APPELLE LES INNOMBRABLES ÉTINCELLES (atomes) ET LES RELIE ENSEMBLE (c) (…)
« (c) Fohat, étant l’un des plus importants, si ce n’est le plus important personnage de la Cosmogonie occulte, doit être minutieusement décrit. Comme dans la plus ancienne cosmogonie grecque, qui diffère largement de la mythologie ultérieure, Eros est la troisième personne de la trinité primitive : Chaos, Gaea, Eros, répondant à l’En-soph kabbalistique (car le Chaos est l’ESPACE, χαίυο, « vide ») le TOUT sans limite, Shekinah et l’Ancien des Jours, ou l’Esprit Saint, ainsi Fohat est un chose dans l’Univers encore non manifesté et une autre chose dans le Monde Cosmique et phénoménal.
« Dans ce dernier, il est ce pouvoir vital électrique occulte, qui, sous la Volonté du Logos Créateur, unit et assemble toutes les formes, leur donnant la première impulsion qui devient avec le temps la loi. Mais dans l’Univers non manifesté, Fohat n’est pas plus ceci qu’Eros n’est le brillant Cupide ailé, ou AMOUR. Fohat n’a rien encore à voir avec le Kosmos [le Grand Univers], car celui-ci n’est pas encore né, et les dieux dorment encore dans le sein du « Père-Mère ». Il est une idée philosophique abstraite. Il ne produit encore rien par lui-même ; il est simplement ce pouvoir créateur potentiel grâce à l’action duquel le NOUMÈNE de tous les futurs phénomènes se divise, pour ainsi dire, seulement pour se réunir dans un acte mystique super-sensible, et émettre le rayon créateur.
« Quand le « Fils Divin » se manifeste, Fohat devient alors la force motrice, le Pouvoir actif qui fait que l’UN devienne DEUX et TROIS – sur le plan de la manifestation. Le triple Un se différencie en la multitude, et Fohat est alors transformé en cette force qui rassemble les atomes élémentaux et les fait s’agréger et se combiner. Nous trouvons un écho de cet enseignement primordial dans la mythologie grecque originale. Erébos et Nux sont nés du Chaos, et sous l’action d’Eros, ils donnent naissance à leur tour à Aether et Hemera, la lumière de la région supérieure et celle de l’inférieure ou région terrestre. L’Obscurité donne naissance à la lumière. Voir dans les Purâna la « Volonté » ou le désir de Brahmâ de créer ; ainsi que dans la Cosmogonie phoenicienne de Sanchoniathon, la doctrine selon laquelle le Désir, pothos, est le principe de la création.
« Fohat est étroitement lié à la « VIE UNE ». De l’Un Inconnu, la TOTALITÉ infinie, l’UN manifesté, ou la Déité Manvantarique périodique émane ; et c’est le Mental Universel, qui, séparé de sa Source-Origine, est le Demiurgos ou Logos créateur des kabbalistes occidentaux, et le Brahmâ à quatre faces de la religion hindoue. Dans sa totalité, vu du point de vue de la Pensée Divine manifestée de la doctrine ésotérique, il représente les Légions des Dhyan Chohans créateurs supérieurs. Simultanément à l’évolution du Mental Universel, la Sagesse cachée d’Adi-Buddha – l’Un Suprème et éternel – se manifeste en tant qu’Avalokiteshwara (ou Ishwara manifesté), qui est l’Osiris des Egyptiens, l’Ahura-Mazda des Zoroastriens, l’Homme Céleste du philosophe hermétiste, le Logos des platoniciens et l’Atman des Védantins. Par l’action de la Sagesse manifestée, ou Mahat, représentée par les innombrables centres d’Énergie spirituelle dans le Kosmos, la réflexion du Mental Universel, qui est l’Idéation Cosmique et la Force intellectuelle accompagnant une telle idéation, devient objectivement le Fohat du philosophe bouddhiste ésotériste. Fohat, courant le long des sept principes d’AKASA, agit sur la substance manifestée ou l’Elément Unique, comme indiqué ci-dessus, et en le différenciant en plusieurs centres d’Énergie, il met en mouvement la loi de l’Évolution Cosmique, qui subordonnée à l’Idéation du Mental Universel, amène à l’existence tous les divers états d’être du Système Solaire manifesté.
« Le Système Solaire, amené à l’existence par ces agents, consiste en Sept Principes, tout comme toute chose au sein de ces centres. Tel est l’enseignement de l’Esotérisme trans-himalayen. Chaque philosophie a sa propre façon de diviser ces principes.
« Fohat est donc le pouvoir vital électrique personnifié, l’Unité transcendante qui lie toutes les Energies Cosmiques, tant sur les plans invisibles comme manifestés, et dont l’action ressemble – à une échelle immense – celle d’une Force vivante crée par la VOLONTÉ, dans ces phénomènes où ce qui semble subjectif agit sur ce qui semble objectif et le pousse à l’action. Fohat est non seulement le Symbole vivant et le Contenant de cette Force, mais il est également considéré par les occultistes comme une Entité – les forces sur lesquelles il agit étant cosmiques, humaines et terrestres, et exerçant leur influence sur tout ces plans respectivement.
« Sur le plan terrestre, son influence se fait sentir dans la force magnétique et active générée par le puissant désir du magnétiseur. Au niveau cosmique, il est présent dans le pouvoir constructeur qui accomplit dans la formation des choses – depuis le système planétaire jusqu’au plus petit vers luisant et à la simple marguerite - le plan contenu dans le mental de la nature, ou dans la Pensée Divine en rapport avec le développement et la croissance de cette chose particulière. Il est métaphysiquement parlant la pensée objectivée des dieux, le « Verbe fait chair », sur un niveau plus inférieur, et le messager des idéations cosmique et humaine : la force active dans la Vie Universelle.
« Dans son second aspect, Fohat est l’Énergie Solaire, le fluide vital électrique, et le 4ème principe préservateur, l’Âme animale de la Nature, pour ainsi dire, ou l’Électricité.
(The Secret Doctrine, éd. originale de 1888, vol. 1 p. 107-111.)

3 La Doctrine Secrète (Volume I, page 526, note 2)
« C’est l’action de Fohat sur un corps composé ou même simple qui produit la vie. Quand un corps meurt, sa polarité devient identique à celle de son énergie mâle [l’énergie positive de Fohat] et il repousse alors l’agent actif qui, perdant le contrôle de l’ensemble, s’attache aux parties, ou molécules, cette action étant alors appelée chimique. Vishnu le Préservateur, se transforme en Rudra-Shiva, le Destructeur – une corrélation apparemment inconnue de la Science. »
(The Secret Doctrine, éd. originale de 1888, vol. 1 p. 526, note 2.)

4 Entretiens sur la Doctrine Secrète
« Fohat est-il l’un des trois, Père, Mère et Fils ? Fohat est un terme générique et qui s’emploie dans bien des sens. C’est la lumière (Daiviprakriti) des trois Logoï – les symboles personnifiés des trois étapes spirituelles de l’Évolution. Fohat est l’agrégat de toutes les idéations spirituelles créatrices d’en haut, et de toutes les forces électrodynamiques et créatrices d’en bas, au Ciel et sur la Terre. Il semble qu’il y ait beaucoup de confusions et de méprises au sujet du Premier et du Second Logos. Le Premier est le potentiel déjà présente mais encore non manifesté, dans le sein du Père-Mère ; le Second est la collectivité abstraite des créateurs, appelés « Demiurgi » par les Grecs, ou des Constructeurs de l’Univers. Le troisième logos est la différentiation ultime du Second et l’individualisation de Forces Cosmiques, dont Fohat est la principale ; car Fohat est la synthèse des Sept Rayons Créateurs ou Dhyan Chohans qui procèdent du troisième Logos. »
(Entretiens sur la Doctrine Secrète – Stance I, Sloka 5, page 42 – Editions Adyar – Paris 1994)

5 Fohat (Glossaire Théosophique)
(Terme Tibétain). « Utilisé pour représenter la puissance active (mâle) de la Shakti (le pouvoir féminin de reproduction) dans la nature. L’essence de l’électricité cosmique. Dans l’occultisme Tibétain ce terme correspond à Daiviprakriti, la lumière primordiale ; et dans l’univers manifesté, c’est l’énergie électrique toujours présente, ainsi que le pouvoir incessant de destruction et de formation. Esotériquement, c’est la même notion, Fohat étant la Force Vitale propulsive universelle, à la fois le propulseur et le résultat de la propulsion. »

6 Daivi-prakriti (Glossaire Théosophique)
(Terme Sanskrit). « [litt. la nature divine] La lumière homogène primordiale, désignée par certains Occultistes Indiens par les termes « la Lumière du Logos » (voir les Notes sur la Bhagavad-Gîtâ de T. Subba Row) ; lorsque cette lumière est différenciée, elle devient FOHAT. »

7 Kamadeva (Glossaire Théosophique)
(Terme Sanskrit). « Le dieu de l’amour selon les conceptions populaires, un vishvadeva dans le panthéon hindou. Tout comme Eros selon Hésiode, qui est dégradé en Cupidon par la loi exotérique, puis encore plus dégradé par la signification populaire attribuée au terme, Kama est un personnage des plus mystérieux et métaphysique. La description védique plus ancienne de Kama apporte la clef pour comprendre ce qu’il représente. Kama est le premier désir conscient qui embrasse tout, pour l’amour et pour le bien universels, pour tout ce qui vit, est sensible, a besoin d’aide et de bonté, le premier sentiment de compassion et de miséricorde tendres et infinies qui surgit dans la conscience de la FORCE UNE créative, dès qu’elle vint à la vie et à l’existence en tant que rayon issu de l’ABSOLU. Le Rig Veda dit : « Le Désir s’éveilla d’abord dans CELA, qui était le germe primordial du mental et que les Sages, cherchant avec leur intellect ont découvert dans leur coeur comme étant le lien qui unit l’Entité avec la non-Entité », ou Manas avec la pure Atma-Bouddhi. Il n’y a pas d’idée d’amour sexuel dans cette conception. Kama est avant tout le désir divin de créer le bonheur et l’amour (…). »


_top-iconRetour en Hauttop-icon