Samedi 19 Août 2017

Mis à jour le Sam. 19 Août 2017 à 09:43

Retour H.P. Blavatsky Articles H.P. Blavatsky Citations sur le mystère de l'année solaire

Citations sur le mystère de l'année solaire

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

L'année solaire et le cycle de l'initiation
« Certains auteurs intéressés par le sujet – en particulier les maçons – ont essayé d'identifier Hénok (Hénoc) au Toth de Memphis, au grec Hermès, et même au Mercure latin. En tant qu'individus, tous sont distincts les uns des autres ; professionnellement – si un tel mot peut être utilisé, alors que son sens est maintenant si limité – ils appartiennent chacun et collectivement à la même catégorie d'auteurs sacrés, ou d'Initiateurs et de Dépositaires de Sagesse Occulte ancienne. Ceux qui dans le Coran (voir la Surate XIX) sont appelés du nom générique d'Edris, les « Savants » (ou les Initiés), portaient en Egypte le nom de « Toth », l'inventeur des arts, des sciences, de l'écriture ou de l'alphabet, de la musique et de l'astronomie. Chez les juifs les Edris devinrent « Hénok », qui, selon Bar-Hebraeus, « fut l'inventeur de l'écriture », des livres, des arts, et des sciences, et le premier qui définit le système du mouvement des planètes. En Grèce il était appelé Orphée, et ainsi son nom fut changé dans chaque nation. Le nombre sept est attaché et relié à chacun de ces Initiateurs primitifs, ainsi qu'au chiffre 365, le nombre de jours de l'année, et astronomiquement, il définit la mission, le caractère, et le devoir sacré de tous ces hommes, mais certainement pas de leurs personnalités. Hénok est le septième Patriarche ; Orphée est le possesseur de la phorminx, la lyre à sept cordes, qui est le septuple mystère de l'initiation. Toth, portant sur la tête le Disque Solaire à sept rayons, parcourt dans le bateau Solaire, les 365 degrés, et, tous les quatre ans, saute un jour. Finalement, Toth-Lunus est le dieu septuple des sept jours, ou de la semaine. Esotériquement et spirituellement, Enoichion signifie « le Voyant à l'Œil Ouvert ». ‒ Traduction de The Secret Doctrine, II, pp. 529-30.

Pendant l'année garder l'espérance dans le Christos intérieur
« Il est peu probable qu'un chiffre aussi sombre que 1888 puisse apporter beaucoup de joie et de prospérité à ceux qui vivent pour la vérité ; cependant l'année est annoncée par la glorieuse étoile de Venus-Lucifer, qui brille si intensément qu'elle fut prise pour, ce visiteur encore plus rare, l'étoile de Bethléem. Ceci est à portée de main ; et sûrement quelque chose de l'esprit du Christos devrait naître, sur terre, sous de telles conditions. » ‒ Extrait de l'article de H.P. Blavatsky « 1888 ».
« Il y a un an, [...] il avait été dit que 1888 était une combinaison sombre de nombres : ceci a été prouvé depuis. Des tremblements de terre, de terribles éruptions volcaniques, des raz de marée et des glissements de terrains, des cyclones et des incendies, des catastrophes ferroviaires et maritimes se sont succédés rapidement les uns aux autres. Le temps, durant toute l'année, a été complètement perturbé, malsain, instable. [...] Presque toutes les nations furent frappées par quelques graves calamités ; et, parmi elles, l'Allemagne, plus particulièrement. Ce fut en 1888 que l'Empire atteignait les 18 ans de son unification. C'est durant cette fatale combinaison de quatre chiffres 8 elle perdit deux de ses Empereurs, et planta les graines de beaucoup de [futures] conséquences karmiques graves. » ‒ Extrait de l'article de H.P. Blavatsky « The Year is Dead. Long Life the Year »

top-iconRetour en Hauttop-icon.