Samedi 23 Septembre 2017

Mis à jour le Sam. 23 Sep. 2017 à 09:43

Retour Glossaire

Glossaire des termes Théosophiques

Il y a 400 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact Se prononce comme
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z
Page:  1 2 Suiv. »
Terme Définition
Dad-dugpa

Voir dugpa. Cf. Schlagintweit, B.T., p. 47. [Glos. Voix du Silence]

Dana

(Sanskrit ; Bouddhisme) – Dâna : L'acte du don, ou de l'offrande, sous toutes formes. La première des perfections, ou vertus transcendantales (pâramitâ), du bodhisattva. En association avec la bonté (maitri) et la compassion (karunâ), dâna est un facteur essentiel pour conduire les êtres à l'illumination. [Glos. Voix du Silence]

Darma

Dharma : (Sanskrit ; Hindouisme ; Bouddhisme) –Mot aux sens multiples, surtout en bouddhisme. De la racine dhri, soutenir, préserver, maintenir. C'est l'ordre, ou la Loi, qui soutient l'univers. Pour l'homme : la base universelle de l'éthique et la ligne propre de conduite qu'il doit tenir pour assurer sa destinée divine. La « Loi » ou doctrine du Bouddha, sous ses 2 aspects, exotérique et ésotérique. [Glos. Voix du Silence]

Darshana

(Sanskrit ; Hindouisme) - Vision, perception, ou point de vue : nom donné à chacune des 6 doctrines de la philosophie hindoue (Nyâya, Vasiheshika, Sâmkhya, Yoga, Pûrva Mîmâmsa et Uttara Mîmâmsa, ou Vedânta).

Deiste

Déiste : Personne qui admet la possibilité de l'existence d'un Dieu, ou de dieux, mais qui affirme n'en rien connaître, et refuse toute Révélation. C'est un agnostique du temps jadis. [Glos. Clef de la Th.]

Deva

(Sanskrit ; Hindouisme ; Bouddhisme) - Un dieu, une divinité « resplendissante » ; [rapprocher] deva et deus, de la racine div, « briller ». Un deva est un être céleste — bon, mauvais ou indifférent — qui habite l'un des « trois mondes » (les trois plans au-dessus de nous). [En Inde] on en dénombre 33 « crores », soit 330 millions. ― Brillant, céleste, divin. Nom donné aux multiples dieux et entités des mondes invisibles, dont l'existence est limitée à la durée de l'univers (cf. Brahmâ) - ce qui les rend inférieurs à un Bouddha parfait. Ils sont opposés aux pouvoirs de ténèbres et de destruction (cf. asura). H.P.Blavatsky emploie aussi le mot comme qualificatif, au sens de « divin » (Sanskrit : divya et pâl : dibba) p. ex. : « vue-deva » (Sanskrit : divyachakshu). [Glos. Voix du Silence]

Devachan

(Sanskrit ; Bouddhisme ; Théosophie) - [Ce mot, intégré au vocabulaire théosophique dans les années 1880, est usuel dans le bouddhisme lamaïste. Signifiant « plein de félicité » en tibétain, il répond au Sanskrit sukhâvati, qui désigne spécifiquement le « Paradis d'Amitâbha »]). La « demeure des dieux » [en Sanskrit : devaloka]. Le terme désigne un état intermédiaire entre deux vies terrestres où accède l'Ego (Âtma-Buddhi-Manas, ou la trinité unifiée) après sa séparation du kâmarûpa et la désintégration des principes inférieurs succédant à la mort du corps sur la terre. [Glos. Clef de la Th.] ― [bDe-ba-chan] (tibétin.) De de : bonheur, joie. Mot correspondant au Sanskrit Sukhâvati (cf. Theosophical Glossary) et désignant (exotériquement) le paradis occidental du Bouddha Amitâbha. En Théosophie : la sphère bienheureuse d'expérience posthume subjective, où l'Ego supérieur assimile le fruit spirituel de sa dernière incarnation, avant une nouvelle renaissance terrestre. [Glos. Voix du Silence]

Dhammapada

(pâli) - Œuvre contenant divers aphorismes des Écritures bouddhiques.

Dharana

Dhâranâ : (Sanskrit ; Hindouisme) –Fixation du mental sur un objet choisi de méditation. Cf. les Yoga sütra de Patañjali où dhâranâ (le 6ème degré du yoga) conduit, avec dhyâna et samâdhi, à samyama l'état de parfaite méditation. Dans la Voix du Silence, dhâranâ correspond à une complète abstraction des influences sensorielles et à une paralysie du jeu de la mémoire, permettant de réunir sur un seul objet spirituel les pouvoirs de perception de la conscience. [Glos. Voix du Silence]

Dharmakaya

Dharmakâya : (Sanskrit ; Bouddhisme) –Le corps (kâya) glorieux le plus sublime, vêtement de suprême béatitude « tissé » par chaque Initié dans la progression qui l'a mené au bout du quatrième sentier (celui de l'arhat parfait) ou (ésotériquement) au passage du 6ème Portail, avant son accès au 7ème (Theosophical Glossary). Le niveau de conscience atteint est au seuil même du nirvâna. [Glos. Voix du Silence]

Dhyan Chohan

Dhyân Chohan : (Sanskrit [+ tib]). Littéralement : « Seigneur de Lumière ». Les plus hauts dieux répondant aux archanges de l'Église romaine. Les Intelligences divines chargées de la supervision du Kosmos. [Glos. Clef de la Th.]

Dhyana

Dhyâna : (Sanskrit ; Hindouisme ; Bouddhisme) - L'une des six paramitâ de perfection [Voir La Voix du Silence, 3ème traité]. Le terme désigne un état d'abstraction élevant l'ascète qui le pratique très au-delà de la zone des perceptions sensorielles, et hors du monde de matière. Littéralement : « contemplation ». Les six stades de dhyâna ne diffèrent que par les degrés d'abstraction atteints par l'Ego personnel, hors de la vie des sens. [Glos. Clef de la Th.] ― Dans le système de Patañjali, dhyâna, la concentration attentive sur l'objet de méditation choisi, fait suite à dhâranâ. En bouddhisme, dhyânapâramitâ est la 5ème des perfections cultivées par le candidat bodhisattva ; c'est aussi, dans la Voix du Silence, la clef du 6ème Portail qui précède l'accès à la sagesse parfaite. Dans cet état de profonde contemplation spirituelle, l'être conserve encore un sens d'individualité, qu'il n'éprouvera plus dans la fusion complète du samâdhi. D'une manière plus courante, le mot dhyâna (pal : jhâna) évoque l'entraînement à la méditation qui comporte 4 stades (voir Quadruple dhyâna), depuis la préparation à la concentration jusqu'à l'absorption dans des états de sur-conscience. Cette longue discipline s'accompagne de l'émergence de divers pouvoirs psychiques et spirituels (Sanskrit : abhijñâ), comme l' « ouïe-deva » et la « vue-deva ». [Glos. Voix du Silence]

Dhyâni

Dhyâni : (Sanskrit ; Théosophie) - Pour dhyânin, « être de contemplation ». Mot aux significations multiples renvoyant à des hiérarchies tantôt très élevées (liées au Logos), tantôt impliquées dans la genèse et la vie du monde des formes, mais toujours en un certain rapport avec les 7 principes de l'homme-microcosme ; en particulier, la Doctrine Secrète évoque les plus hauts Dhyâni qui se sont incarnés dans la « race élue » à l'aube de l'humanité, et qui forment aussi collectivement la « pépinière » des futurs adeptes. Ils représentent les divins éveilleurs de l'humanité. Voir Esprit planétaire. [Glos. Voix du Silence]

Dhyanibodhisattva

Dhyânibodhisattva : (Sanskrit ; Bouddhisme) - Dans le bouddhisme exotérique, les 5 fils des Dhyânibuddha. Cf. Secret Doctrine, I, 109, 571 et II, 116. Ésotériquement, ce sont les « reflets spirituels », ou projections, des 7 Dhyânibuddha dans le monde de la forme (mentale) ou rûpaloka (voir Trois mondes). [Glos. Voix du Silence]

Dhyanibuddha

Dhyânibuddha : (Sanskrit ; Bouddhisme) - « Bouddha de Contemplation ». Collectivement, les 7 hiérarchies de Dhyânibuddha manifestent la divine lumière d'Âdhibuddha, dans ses différents aspects, qui forme l'essence sublime des âmes humaines. Sans parents eux-mêmes (anupapâdaka), ils sont les pères mystiques des Dhyânibodhisattva. Cf. Secret Doctrine, I, 571, où Avalokiteshvara est la synthèse des 7. [Glos. Voix du Silence]

Page:  1 2 Suiv. »
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z