Vendredi 23 Juin 2017

Mis à jour le Ven. 23 Jui. 2017 à 16:25

Retour Cœur de la Théosophie H.P. Blavatsky et le jour du Lotus blanc

H.P. Blavatsky et le jour du Lotus blanc

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Le jour du Lotus blanc

Le 8 Mai, tous les ans, les théosophes commémorent l’anniversaire de la mort de H.P. Blavatsky. C’est parce que les lotus avaient proliférés de manière inhabituelle, à Adyar (Inde), lors de la célébration du premier anniversaire de sa mort, que le Président de la Société Théosophique, H.S. Olcott, décida que ce jour anniversaire serait appelé le Jour du Lotus blanc..
Cette fleur est en effet un excellent symbole de sa vie et de sa mission, des difficultés qu’elle a rencontrées, de la manière dont elle travaillait et de l’idéal qu’elle montra. Si elle prit la peine d’expliquer dans ses écrits nombre de paraboles, de mythes et de symboles, c’est probablement le Lotus qui par son caractère universel symbolise le mieux son enseignement spirituel et la promesse divine présente en tout homme.

Qui était H.P. Blavatsky
Madame Blavatsky, n’a jamais prétendu à la position ou au privilège de Guru, et elle n’a jamais exercé les prérogatives d’un Maître. Bien des travailleurs qu’elle a inspirés, bien des érudits qu’elle a enseignés, ont oublié cela au point de ne jamais s’éveiller à la réalité de la situation et de répéter les paroles adressées par Arjuna à Krishna :

« Ayant ignoré ta majesté, je t'ai pris pour un ami […] et, aveuglé par mon affection et ma présomption, je t'ai parfois traité irrespectueusement au cours des jeux, des loisirs, du repos, en ton siège, et pendant tes repas, en privé et en public ; je t'adjure, ô Être inconcevable, de me pardonner tout cela. » Bhagavad-Gîtâ, ch. XI, v. 41/2.

Les étudiants des générations qui vinrent après son départ, comme nous-mêmes aujourd’hui, ont cette chance de ne pas avoir à subir les tentations que suscite la présence de la forme terrestre du Personnage que cette forme dissimule. Aujourd’hui, nous ne pouvons connaître ce mental de Bouddha, ce cœur de Christ, qu’à travers le Message qu’elle a donné dans ses écrits. Il n’y a pas de meilleur et plus sûr moyen d’évaluer l’or fin de l’Instructeur qu’à travers l’enseignement qu’il transmet.
H.P. Blavatsky [H.P.B.] possédait de grands et merveilleux pouvoirs. Elle était un magicien conscient possédant l’Art Divin et elle accomplit d’innombrables phénomènes, sur la foi desquels elle aurait pu fonder une nouvelle religion, et un culte. Mais sa mission ne consistait pas à ajouter une religion de plus aux grandes religions du monde. Sa mission était de donner à chacun le moyen de trouver l’énergie nécessaire pour se libérer de l’esclavage de ses croyances, élargir ses sentiments et rendre ses émotions impersonnelles – et avant tout à apprendre les vérités oubliées dans la tradition spirituelle universelle, dont on trouve un échos dans les Védas, la Bible, la sagesse des Upanishads, le rituel du Livre des Morts égyptien, et des fragments épars comme les Gathas iraniens, le Popul Vuh guatémalien, et tout autre grand texte spirituel.
« Elle voulait que tous les hommes sachent qu'ils sont Dieu en fait, et qu'en tant qu'hommes ils doivent porter le poids de leurs propres péchés, car personne d'autre ne peut le faire. C'est pourquoi elle rapporta à l'Occident les anciennes doctrines orientales du karma et de la réincarnation. D'accord avec la première — la loi de justice — elle disait que chacun devait répondre de lui-même et, d'après la seconde, que chaque homme répondait de ses actes sur la terre même où ils avaient été commis. Elle souhaitait aussi que la science fût ramenée au véritable terrain où l'on reconnaît que la vie et l'intelligence se trouvent à l'intérieur de tous les atomes de l'univers et agissent sur eux et par leur intermédiaire. Son but était donc de rendre la religion scientifique et la science religieuse, afin que le dogmatisme des deux puisse disparaître. Sa vie, à partir de 1875, se passa dans un effort inlassable pour attirer dans la Société Théosophique ceux qui pouvaient travailler avec altruisme à propager une éthique et une philosophie qui tendent vers la réalisation de la fraternité de l'humanité, en montrant l'unité réelle et la non-séparation essentielle entre les êtres. Ses livres furent écrits dans le but déclaré de fournir les matériaux pour un progrès intellectuel et scientifique dans cette direction. » Article de W.Q. Judge « The Esoteric She ».

Le message de Blavatsky
L’étudiant en Théosophie doit donc se tourner vers son Message écrit. Que va-t-il découvrir ? Un ensemble de connaissances qui donne le vertige au cerveau humain mais qui, même assimilé en petite quantité, permet à celui qui se consacre à cette étude de devenir un esprit cosmopolite, de s’élever au-dessus des distinctions de croyances, d’aimer l’humanité entière et pas une communauté ou une nation particulière, d’être un frère pour toute âme, et assez humble pour recevoir de l’aide et assez fort pour en donner généreusement.
Les écrits d’H.P.B. possèdent le pouvoir d’éveiller notre conscience jusqu’au plus profond d’elle-même. Ces écrits accomplissent le miracle de présenter devant nous le miroir dans lequel nous pouvons voir nos fautes et nos faiblesses, ainsi que nos pouvoirs actuels et potentiels ; ils nous apportent l’énergie nécessaire pour nous prendre en main et devenir des êtres régénérés. Il y a dans ses écrits d’innombrables thèmes de méditation et de vertus à développer d’où irradie une paix dont on peut jouir et une inspiration pour le service de l’humanité auquel on se consacre.
Ses écrits permettent encore à l’étudiant intelligent d’évaluer la valeur de toute religion ou philosophie, de saisir les pépites de Vérité sous un tas de croyances dépassées. Ils nous aident à évaluer tous les phénomènes considérés comme super-naturels et à distinguer entre le charlatan et le fakir, le médium et le sensitif, le nécromancien noir et le magicien blanc, l’extatique et l’Adepte.
En étudiant et mettant en pratique dans notre vie le Message et l’Enseignement nous trouverons le Mental du Messager et le Cœur du Maître. [Passage tiré de la revue Théosophie, XIII, n ° 8].

H.P. Blavatsky – Aperçus biographiques
La brochure H.P. Blavatsky (1851-1891) - Aperçus biographiques, publiée par Textes Théosophiques, est disponible sur le site de la Loge Unie des Théosophes de Paris.
En annexe une note complémentaire est jointe : « Jour du Lotus blanc – H.P. Blavatsky : rappels historiques et témoignages ».

Le symbole du Lotus
« Il n’y a pas d’anciens symboles, sans une signification profonde et philosophique qui leurs soient attachée ; leur importance et leur signification augmentent avec leur antiquité. Tel est le cas du LOTUS. C’est la fleur consacrée à la nature et ses Dieux et elle représente les Univers abstraits et concrets, étant l’emblème des pouvoirs générateurs de la nature spirituelle et de la nature physique. Depuis la plus haute antiquité, les Hindous aryens, les Égyptiens et, après eux les Bouddhistes, la considéraient comme sacrée. Elle fut vénérée en Chine et au Japon et adoptée comme emblème Chrétien par les Églises grecque et latine qui en firent un messager, comme le font les Chrétiens maintenant en la remplaçant par le lys. Elle avait, et elle a encore, sa signification mystique, qui est la même pour chaque nation sur terre. » (Trad. The Secret Doctrine, vol. I, p. 379, éd. originale anglaise).
L’article « Le symbole du Lotus », joint en annexe, résume les principales idées que ce symbole suggère et qu’H.P. Blavatsky développe dans ses ouvrages.

top-iconRetour en Hauttop-icon