Samedi 24 Juin 2017

Mis à jour le Sam. 24 Jui. 2017 à 16:25

Retour Cœur de la Théosophie Le nouvel an - Une période propice aux vœux

Le nouvel an - Une période propice aux vœux

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Une période propice aux vœux

« HEUREUSE ANNÉE A TOUS ! [...] chaque homme et femme est doué, plus ou moins, d'une potentialité magnétique qui, si elle aidée par une volonté sincère, particulièrement intense et indomptable – est le plus effectif des leviers magiques placé entre les mains humaines par la Nature – pour le meilleur et le pire. » (1).
Cette période est d'autant plus propice aux vœux que la vitalité de la Nature dans son ensemble est plus vigoureuse. Plus les motifs sont élevés, plus les pensées sont altruistes et pures, et sont accompagnées d'une volonté soutenue, plus les individus sèmeront avec succès des graines bénéfiques.
« Que personne n'imagine qu'attacher de l'importance à la naissance de l'année, soit une simple fantaisie. La terre passe dans une période particulière et l'homme avec elle ; et de même qu'un jour peut être coloré de même l'année peut l'être. La vie astrale de la terre est jeune et forte entre Noël et Pâques. Ceux qui forment leurs vœux durant cette période bénéficieront d'une force accrue pour les satisfaire de manière conséquente. » (2).
L'altruisme ne connaît ni préférence ni limite. C'est pourquoi tout individu sincère est invité à utiliser cette volonté « en envoyant un souhait sincère ainsi qu'un vœu de bonne chance pour le Nouvel An à chaque créature vivante sous le soleil, y compris les ennemis et calomniateurs ». (3) ‒ Notes (1) à (3) : Extraits traduits de l'article d' H.P. Blavatsky « 1890! On The New Year's Morrow ».

Karma et le pouvoir du vœu

Le pouvoir d'un tel vœu dépend de l'intensité de la pensée. Selon un aphorisme (« Les aphorismes sur karma », n°19) : « Au cours d'une vie, l'instrument [le corps] peut subir certaines modifications qui l'adaptent à d'une nouvelle catégorie de karma ; ceci peut se produire de deux façons : a) par l'intensité de la pensée et le pouvoir d'un vœu ; b) par les changements naturels survenant après l'épuisement complet des causes anciennes ».

Tenir les bonnes résolutions dans la durée

« Chacun, certainement, a pris de bonnes résolutions pour le Nouvel An et, tout aussi certainement, n'a pas réussi à s'y tenir. Il y a forcément une raison à cet échec, tout comme au fait qu'à une certaine période de l'année, nous nous sentons enclins à prendre des résolutions. Ces raisons sont enfouies dans le tréfonds de notre être. À notre insu, probablement nous avons une perception naturelle de la loi occulte quand nous tenons compte de ce moment de l'année. Les anciens célébraient et comprenaient ce qu'ils appelaient « la naissance du Soleil », ou le retour du Soleil à son cours septentrional, qui débute le 21 décembre. Ils savaient que toutes les forces occultes de la Nature reprennent une tendance ascendante et croissante lorsque revient le Soleil. » ‒ Robert Crosbie « Les résolutions du nouvel An ».

L'importance des cycles

W. Q. Judge présente cette idée très répandue dans les traditions anciennes, comme pénétrant tous les règnes et contenant une dynamique de progrès. Voila ce qu'il indique à propos des cycles et le retour des impressions.
« Qu'est-ce qu'un cycle ? C'est un cercle, un anneau ; cependant, à proprement parler, ce n'est pas un anneau semblable à une alliance qui tourne sur elle-même ; mais un cycle ressemble plutôt à un pas de vis qui prend la forme d'une spirale et qui, après avoir commencé par le bas, tourne sur lui-même et monte. [...] Cette loi cyclique prévaut dans chaque règne de la nature, dans le règne animal, dans le monde minéral, dans le monde des humains, dans l'histoire, dans le ciel, sur la terre ; nous disons que non seulement les cycles appartiennent à la terre et à ses habitants, qu'ils sont en rapport et règnent sur eux et en eux, mais qu'ils prévalent aussi dans ce que les Hindous appellent les trois royaumes de l'univers, les trois mondes : celui qui est en dessous de nous, nous-mêmes et celui qui est au-dessus de nous. [...] Il y a un retour périodique, ou retour d'un cycle, une fois de plus, retour d'un cycle de quelque chose, d'un endroit quelconque. C'est pourquoi on l'appelle cycle, attendu qu'apparemment il revient sur lui-même ; mais dans la doctrine théosophique et dans les anciennes doctrines, il y a toujours une élévation dans le sens de la perfection ou du progrès ». ‒ Article de W.Q. Judge, « Impressions cycliques, leur retour et notre évolution » (Cahier Théosophique N°89).
« Les cycles spirituels, psychiques et moraux sont ceux qui affectent plus spécialement l'homme. [...] Nous nous trouvons actuellement dans un cycle de transition au cours duquel, comme son nom l'indique, tout dans la philosophie, la religion et la société subit des transformations. Dans une telle période, tous les détails sur les nombres et les règles concernant les cycles ne sont pas révélés à une génération qui place l'argent au-dessus de la pensée et se moque de toute conception spirituelle concernant l'homme et la nature. » – Extraits de l'Océan de Théosophie, chapitre XIV.
« Les Egyptiens ont enseigné qu'il y avait un grand cycle sidéral. [...] Il s'agit du cycle de 25.000 ans, du grand cycle déterminé par la course du soleil à travers les signes du Zodiaque pendant cet intervalle de temps. [...] Comme les aiguilles de l'horloge marquent l'heure, de jour en jour et d'année en année, le soleil parcourt les signes du Zodiaque ; mais en même temps il régresse lentement. En traversant cette période, il revient de nouveau au même point, prend du retard ou rétrograde. C'est ce qu'on appelle la précession des équinoxes ». ‒ Article de W.Q. Judge, « Impressions cycliques, leur retour et notre évolution » (Cahier Théosophique N°89).
Karma, la loi de Causalité éthique est intrinsèquement liée aux cycles et H.P. Blavatsky souligne la perspective spirituelle qu'elle donne à l'évolution de l'humanité. « L'humanité est l'enfant de la Destinée cyclique, et pas une de ses unités ne peut échapper à sa mission inconsciente, ni s'abstraire de son travail en coopération avec la nature. Ainsi l'humanité, de race en race, accomplit son pèlerinage cyclique prévu. [...] Tel est le cours de la Nature guidé par le mouvement de la LOI KARMIQUE : la Nature toujours présente et en éternel devenir. Car, selon les mots d'un Sage, connu seulement de quelques Occultistes : - « LE PRÉSENT EST L'ENFANT DU PASSÉ ; LE FUTUR, EST ENGENDRÉ DU PRESENT ». » ‒ The Secret Doctrine [La Doctrine Secrète] (Vol. II, p. 446, éd. Theosophy Company, USA).
Le nouvel an est ainsi l'occasion de se rappeler les nombreuses analogies qui apportent un sens profond et qui inspirent. « Les semaines de 7 jours, formant les mois lunaires et les mois solaires, affectent la personnalité. Comme les flux et les reflux de l'océan terrestre sont influencés par les mouvements de la lune, notre « corps lunaire » [La forme astrale produite par le principe des passions et désirs] est influencé par le cycle lunaire. Il y a aussi les années solaires et lunaires, avec leurs saisons. Ce cycle annuel peut être considéré comme correspondant à une incarnation de l'Ego individuel, chaque nouvelle naissance étant analogue à une nouvelle année. Enfin, le cycle sidéral correspond, par analogie, au cycle entier d'évolution de la monade humaine (Jivâtma). Ces cycles physiques sont la réflexion de cycles psychologiques. » ‒ Extrait de l'article « La loi des cycles » (Cahier Théosophique n°10).

Le Soleil, le mystère des nombres et l'année solaire

« Tous les systèmes mystiques religieux sont basés sur les chiffres. Avec Pythagore, la Monade ou l'unité, émane la duade, et forme ainsi la trinité, et avec le quaternaire [...] compose le nombre sept. Le caractère sacré des nombres commence avec le grand Premier – le UN, et se termine seulement avec le néant ou le zéro ‒ symbole du cercle infini et sans limite qui représente l'univers. Tous les chiffres intermédiaires, quelle que soit leur combinaison, ou de quelle soit la manière dont ils sont multipliés, représentent, des idées philosophiques (de l'esquisse imprécise à l'axiome scientifique clairement établi) relatives à un fait moral ou physique dans la nature. Ils donnent une clef pour comprendre de manière générale la pensée des anciens sur la cosmogonie, y compris l'homme et les autres êtres, et l'évolution de la race humaine, spirituellement et physiquement. Le nombre sept est le plus sacré de tous. » ‒ Traduction d'Isis Unveiled [Isis Dévoilée], II, p. 407.
Ainsi le nouvel an est lié au retour du Soleil dans l'hémisphère nord à partir du 25 décembre, le jour de la naissance du Soleil (voir plus ci-dessous). Le Soleil reprend alors son cours septentrional. « Adonis, Bacchus, Osiris, Apollon, etc., étaient tous nés le 25 décembre, qui suit le solstice d'hiver, [...] et, à partir de ce moment, la Lumière dissipe progressivement les ténèbres et le pouvoir du Soleil commence à croître. » ‒ Extraits de l'article d'H.P. Blavatsky, « Christmas Then and Christmas Now ».

Le nombre de jour de l'année solaire

« Les trois chiffres 3, 6, 5, ou le nombre de jours de l'année solaire, doivent être lus avec la Clef de Pythagore pour trouver en eux un sens hautement philosophique et moral. Un exemple suffira, qui peut se lire :

nbjours-an365 

Simplement parce que 3 est équivalent au grec gamma, la lettre qui est le symbole de gaïa (la Terre) ; alors que le chiffre 6 est le symbole du principe animateur et informant, et le 5 est la quintessence universelle qui s'étend dans toutes les directions et forme toute la matière. (Manuscript de St. Germain) ». – Traduction de The Secret Doctrine, II, pp. 529-30.

Lecture complémentaire : « Les Vœux et la culture du Juste Motif (Le pouvoir du vœu ; Le principe balance – le désir ; Le Renoncement ; La purification du désir ; La volonté et le désir ; Rendre le monde meilleur ; Espérance et confiance) ».

top-iconRetour en Hauttop-icon