Lundi 25 Septembre 2017

Mis à jour le Lun. 25 Sep. 2017 à 09:43

Retour Cœur de la Théosophie Le Mouvement Théosophique - Idéal et but

Le Mouvement Théosophique - Idéal et but

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Les trois buts

Ces trois buts énoncés dès la fondation de la Société Théosophique (ST) en 1875 et adoptés officiellement en 1880, étaient les suivants :

  • La formation d'un noyau de Fraternité Universelle de l'Humanité sans distinction de race, de sexe, de caste et de couleur ;
  • L'étude de religions anciennes et modernes, de philosophies et de sciences, et d'en démontrer l'importance ; et
  • L'investigation de lois inexpliquées dans la Nature et des pouvoirs psychiques latents dans l'homme.

La Fraternité Universelle
Le principe fondateur de la Théosophie est « la Fraternité essentielle de tous les hommes » ‒ (v. La Clef de la Théosophie, p. 31).
H. P. Blavatsky précise que « l'organisation [de la ST] est philanthropique et scientifique visant à la propagation de l'idée de fraternité en pratique et non en théorie ». Les membres pouvaient être chrétiens ou musulmans, juifs ou parsis, bouddhistes ou brahmanes, spirites ou matérialistes — peu importe. « Chaque membre doit être soit un philanthrope, soit un érudit, un spécialiste en littérature aryenne et autres littératures anciennes, soit encore un chercheur dans le domaine des phénomènes psychiques. En résumé, il doit contribuer, s'il le peut, à réaliser au moins l'un des buts du programme. » ‒ (La Clef de la Théosophie, p. 32).
« Le jour où la Théosophie aura accompli sa mission la plus sainte et la plus importante, celle d'arriver à unir solidement par un lien d'amour fraternel un groupe d'hommes de toutes les nationalités, déterminés à se consacrer à un travail purement altruiste, et non pas à une œuvre aux motifs égoïstes, alors seulement la Théosophie s'élèvera au-dessus de tout autre groupe de prétendue Fraternité humaine.» ‒ (Cinq Messages, pp. 15/6).
« L'unité et la causalité universelles, la solidarité humaine, la loi de karma, la ré-incarnation. Ce sont là les quatre anneaux de la chaîne d'or qui devrait unir l'humanité en une seule famille, en une seule Fraternité universelle. » L'étude et la pratique de ces principes devraient amener une amélioration en profondeur de chaque être et de la société dans son ensemble. ‒ (La Clef de la Théosophie, p. 247).

Quel est l'impact visé par cet enseignement ?
Parmi les objectifs visés par la Théosophie (ou Sagesse Divine), « les plus importants sont ceux qui peuvent conduire au soulagement de la souffrance humaine, sous quelque forme que ce soit, aussi bien morale que physique. Et nous croyons que la souffrance morale est de loin plus importante que la souffrance physique. La Théosophie a pour tâche d'inculquer l'éthique ; elle doit purifier l'âme, si elle veut soulager le corps dont tous les maux, sauf dans les cas d'accidents, sont héréditaires. » ‒ (La Clef de la Théosophie, p. 37).
A la fin du 19ème siècle, une nouvelle impulsion a été donnée à ce Mouvement ; « quoique les idées théosophiques aient pénétré toutes les formes ou tout développement que la spiritualité naissante ait pu prendre, la Théosophie pure et simple devra encore livrer un sérieux combat avant d'être reconnue »... Par exemple, concernant les pouvoirs latents dans l'homme et la nature, depuis toujours, les personnes faibles ont exigé des « signes et des merveilles et, quand ceux-ci ne leur ont pas été accordés, ils ont refusé de croire ». Elles ne comprendront jamais « la Théosophie pure et simple. Il y a cependant des individus qui réalisent intuitivement ... l'importance ... d'admettre la pure Théosophie — la philosophie de l'explication rationnelle des choses, et non les doctrines — étant donné qu'elle seule peut fournir le flambeau nécessaire pour guider l'humanité sur son vrai sentier ». « L'essence de la Théosophie consiste dans l'harmonisation parfaite du divin et de l'humain dans l'homme, dans l'adaptation de ses qualités et de ses aspirations divines et dans leur triomphe sur ses passions animales ou terrestres. La bonté, l'absence de tout mauvais sentiment et de tout égoïsme, la charité, la bonne volonté envers tous les êtres, et la justice parfaite envers les autres comme envers soi-même, sont ses caractéristiques capitales ».
C'est pourquoi il est dit que « lorsque la nature réelle de la Théosophie sera comprise le préjugé ... disparaîtra ». ‒ (Cinq Messages, pp. 15, 18, 19).
« Les théosophes sont, par nécessité, amis de tous les mouvements du monde, tant intellectuels que simplement pratiques, qui visent à l'amélioration des conditions de l'humanité. » Ils sont « amis de tous ceux qui par exemple luttent contre l'ivrognerie, la cruauté envers les animaux, l'injustice envers les femmes et la corruption dans la société ou le gouvernement, sans néanmoins se mêler de politique. » Ils soutiennent ceux qui exercent « la charité pratique, qui cherchent à alléger un peu le gigantesque fardeau de misère qui écrase les pauvres. » [...] « La fonction des théosophes est d'ouvrir le cœur et l'entendement des hommes à la charité, à la justice et à la générosité, attributs qui appartiennent spécifiquement au règne humain et sont naturels à l'homme quand il a développé les qualités d'un être humain car la Théosophie apprend à l'homme animal à devenir un homme humain ; quand les êtres auront appris à penser et à sentir comme les véritables êtres humains devraient sentir et penser, ils agiront alors avec humanité et tous accompliront spontanément des œuvres de charité, de justice et de générosité. » ‒ (Cinq Messages, pp. 19/21).

Etude et promulgation
Comment les individus peuvent ils aider dans le travail ?
« D'abord, en étudiant et en comprenant bien les doctrines théosophiques, afin de pouvoir les enseigner aux autres, particulièrement aux jeunes ; [...] en corrigeant les idées fausses en ce qui la concerne et en suscitant de l'intérêt pour ce sujet ; en aidant à répandre la littérature ; [...] en défendant la ST par tous les moyens légitimes [...] contre les calomnies injustes répandues contre elle. Enfin et le plus important, par l'exemple de leur propre vie. »
La philosophie de la Théosophie apporte à l'homme, le Penseur, la nourriture spirituelle : « un bon livre, qui incite à penser, qui fortifie et clarifie le mental et lui permet de bien saisir des vérités dont il n'avait auparavant qu'une vague perception, sans pouvoir les formuler, ne peut manquer de rendre un service véritable et fécond ». C'est en cela que résident l'efficacité et la valeur de l'étude individuelle et collective d'une spiritualité. La mise en pratique découlera naturellement dans la vie quotidienne. ‒ (La Clef de la Théosophie, p. 262).

La Loge Unie des Théosophes
C'est pourquoi depuis 1909, la Loge Unie des Théosophes se consacre essentiellement à l'étude et la propagation de l'enseignement de la Théosophie dans les ouvrages de H.P. Blavatsky et son collaborateur William Q. Judge.
La Loge Unie des Théosophes réunit des individus autour de ce projet spirituel, sans statuts ni chefs. Il s'agit de principes et d'idées déclinés dans une « Déclaration ».
La véritable unité et la présence, le véritable caractère international, ne consistent pas à avoir une organisation unique. Ils résident dans la similarité de but, d'aspiration, d'intention, d'enseignement, d'éthique.
Le but est unique : former un noyau de Fraternité Universelle quelques soient les obstacles qui en réalité sont secondaires par rapport au but fixé.
L'intention est unique : étudier, appliquer et propager l'enseignement des Instructeurs selon les lignes qu'ils ont laissées clairement.

top-iconRetour en Hauttop-icon