Samedi 23 Septembre 2017

Mis à jour le Sam. 23 Sep. 2017 à 09:43

Retour Cœur de la Théosophie Mondialisation et spiritualité

Mondialisation et spiritualité

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

L'éveil d'un nouvel humanisme 

« Chercher à faire des réformes politiques avant d'avoir réformé la nature humaine, c'est mettre du vin nouveau dans de vieilles outres. [...] On ne réalisera jamais de réforme politique durable tant que les mêmes hommes égoïstes resteront, comme par le passé, à la tête des affaires nationales. » - H.P. Blavatsky, La Clef de la Théosophie, p. 245.

Mondialisation - L'idéal d'une Humanité fraternelle
« Notre projet [est] d'engendrer le sentiment de Fraternité Universelle parmi tous les peuples, groupes humains, races, castes et couleurs. [...] [La Théosophie] a donné la preuve que ni race, ni croyance, ni couleur, ni vieilles antipathies n'étaient des obstacles insurmontables à la diffusion de l'idée d'altruisme et de fraternité humaine, même si cela a pu passer pour un rêve utopique aux yeux de théoriciens considérant l'homme comme un problème purement physique, en ignorant son soi intérieur, plus élevé et plus vaste. » - H.P. Blavatsky, « Nos trois buts » (Cahier Théosophique [CT] n°172, pp. 7, 12, 13).

« Finalement, ce seront tous ceux qui, face à l'actuelle domination complète exercée par le culte de la matière, des intérêts matériels et de l'ÉGOISME, auront bravement combattu pour les droits humains, et la nature divine de l'homme, qui deviendront ― s'ils triomphent ― ceux qui instruiront les masses dans le siècle à venir et, par là-même, leurs bienfaiteurs. [...] Il faut d'abord « accorder son âme à celle de l'Humanité » ― comme l'enseigne la philosophie de jadis ― maîtriser entièrement le sens correct de chaque ligne et de chaque mot des pages qui tournent à un rythme accéléré dans le Livre de la Vie de l'HUMANITÉ, et saturer tout son être de la vérité que celle-ci forme un tout inséparable de son propre SOI. [...] Parlez à l'Esprit de l'Humanité qui s'éveille, à l'Esprit humain, et à l'Esprit dans l'homme - trois aspects dans l'Un et l'Un dans le Tout. » - H.P. Blavatsky, « Le raz de marée » (CT n°172, p. 20, 21/22, 24).
« Quiconque sent son cœur battre à l'unisson avec le grand cœur de l'humanité ; quiconque sent ses intérêts solidaires avec les intérêts de tout être plus pauvre et plus mal partagé que lui ; quiconque, homme ou femme, est toujours prêt à tendre la main à ceux qui souffrent ; quiconque apprécie le mot « Égoïsme » à sa juste valeur, est Théosophe de naissance et de droit. »  [...] « Tous, nous devons travailler à la libération de la pensée humaine, à l'élimination des superstitions égoïstes et sectaires et à la découverte de toutes les vérités qui sont à la portée de l'esprit humain. Ce but ne peut être atteint plus sûrement que par la culture de la solidarité dans le travail mental. » [...] « Nous voici en face de toutes les glorieuses possibilités de l'avenir. Voici encore une fois l'heure du grand retour périodique de la marée montante de la pensée mystique en Europe. De tous côtés nous environne l'océan de la science universelle, — la science de la vie éternelle, — apportant dans ses flots les trésors ensevelis et oubliés des générations disparues, trésors qui sont encore inconnus des races civilisées modernes. » - H.P. Blavatsky, « Cycle nouveau » (CT n°116, pp. 5-6, 8, 9-10).

L'avenir d'une spiritualité laïque
Il fut un temps où le monde entier, la totalité de l'humanité, n'avait qu'une religion, et n'avait qu'"une seule lèvre" [avait une doctrine universelle]. « Toutes les religions de la Terre étaient au début Unies et émanaient d'un seul centre » dit très justement Faber − La Doctrine Secrète, II, p. 760.
« La clef de tous les succès [de la Théosophie] tient, en réalité, à ce que nous reconnaissions l'existence effective du Soi Supérieur ― qui est sans couleur et cosmopolite, non sectaire et sans sexe, sans contingence terrestre et altruiste ― et à ce que nous accomplissions notre œuvre sur cette base. » - H.P. Blavatsky, « Nos trois buts » (CT n°172, p. 12)
« Il s'est éveillé, l'Esprit dans l'homme ― émanation de l'Esprit Universel et son rayon direct bien que brisé aujourd'hui. [...] Une note de promesse claire, définie et de grande portée, la voix de la grande Âme humaine proclame, avec des accents qui n'ont plus rien de timide, la montée et presque la résurrection de l'Esprit humain dans les masses : il est en train, en effet, de s'éveiller dans les plus éminents représentants de la pensée et du savoir ; il parle dans les plus humbles et les plus élevés, et les stimule tous à l'action. Rénové, porteur de vie, l'Esprit dans l'homme est en train de se libérer hardiment des som¬bres entraves de la matière et de la vie animale - qui jusqu'alors le retenaient entièrement captif. » - H.P. Blavatsky, « Le raz de marée » (CT 172, pp. 17, 19).
« Vous savez qu'une note, qui n'avait jamais encore été entendue par les hommes de l'ère présente, vient de résonner, et qu'une nouvelle pensée est éclose, mûrie par les forces de l'évolution [...] — Liberté absolue de la pensée humaine. » [...] « Il est vrai que les premières conditions requises [...] sont un désintéressement absolu, un dévouement sans bornes pour autrui, et une parfaite indifférence pour le monde et son opinion. Pour faire le premier pas dans cette voie idéale, il faut un motif parfaitement pur ; aucune pensée frivole ne doit nous faire détourner les yeux du but, aucune hésitation, aucun doute ne doit entraver nos pas. Cependant il existe des hommes et des femmes parfaitement capables de tout cela et dont le seul désir est de vivre sous l'égide de leur Nature Divine. Que ceux-là, au moins, aient le courage de vivre cette vie et de ne pas la cacher aux yeux des autres ! Aucune opinion d'autrui ne saurait être au-dessus de l'opinion de notre propre conscience. Que ce soit donc cette conscience, parvenue à son développement suprême, qui nous guide dans tous les actes de l'existence ordinaire. Quant à la conduite de notre vie intérieure, concentrons toute notre attention sur l'idéal proposé, et regardons au-delà, sans jamais jeter un regard sur la boue à nos pieds... » - H.P. Blavatsky, « Cycle nouveau » – (CT n°116, pp. 13, 15/6).

top-iconRetour en Hauttop-icon