Vendredi 23 Juin 2017

Mis à jour le Ven. 23 Jui. 2017 à 16:25

La conscience

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Qu'est-ce que la conscience
« Qu'est-ce-que la Conscience ? Pour la Science, c'est une faculté du Mental, comme la volition. Nous disons de même, mais ajoutons que tandis que la Conscience n'est pas une chose en soi, le Mental [synonyme d'Âme] est clairement une Entité ». – H.P. Blavatsky, Entretiens sur La Doctrine Secrète, p .47 (Ed. Adyar).
« Conscience, Esprit, Vie, sont véritablement des termes synonymes et co-existants ; aucune de ces idées ne peut être conçue séparément des deux autres. La Conscience voit tout, expérimente tout, permet les changements, est tout. C'est la Réalité Une. » Robert Crosbie, traduction de The Friendly Philosopher, p. 54 (Ed. Theosophy Co.).
« Conscience implique limitations et qualifications : quelque chose dont on doit être conscient, et quelqu'un qui doit en être conscient. Mais la Conscience Absolue inclut le connaisseur, l'objet perçu, et la connaissance, les trois en elle et les trois en un. » Traduction de The Secret Doctrine, I, 56 (Ed. Theosophy Co.).
« Tout dans l'Univers et dans tous les règnes, est CONSCIENT ; c.-à-d., doué, sur son propre plan de perception, d'une conscience d'un type particulier. Nous humains devons nous rappeler que ce n'est pas par ce que nous ne percevons pas de signes de conscience – que nous sachions reconnaître – par exemple dans la pierre, que nous avons le droit de dire qu'il n'y a pas là de la conscience. » Traduction de The Secret Doctrine, I, 274.

Les sept états de conscience
« De même qu'il existe sept forces fondamentales dans la nature, et sept plans de l'être, il y a aussi sept états de conscience dans lesquels l'homme peut vivre, penser, se souvenir et exister... Nous trouvons tout d'abord deux êtres distincts dans l'homme – l'être spirituel et l'être physique... nous le divisons par conséquent en deux natures distinctes ; la supérieure (ou l'être spirituel) qui se compose de trois « principes » ou aspects, et l'inférieure (ou le quaternaire physique) qui est formé de quatre principes, ce qui nous donne bien, en tout, sept principes ». – H.P. Blavatsky, La Clef de la Théosophie, pp. 105-106.

Le sentier spirituel – Les quatre plans intérieurs
Dans la Voix du Silence on lit, à propos des différents états de conscience :

« Trois Salles, ô pèlerin éprouvé, conduisent à la fin des labeurs. Trois Salles, ô toi qui t'affrontes à Mâra [le Tentateur], te conduiront par trois états jusqu'au quatrième, et de là dans les sept mondes, les mondes de l'Éternel Repos.
« Si tu veux en connaître les noms, écoute et souviens-toi.
« Le nom de la première Salle est IGNORANCE, Avidyâ. C'est la salle où tu as vu le jour et où tu mourras.
« La seconde Salle a pour nom : Salle d'APPRENTISSAGE. Là, ton Âme trouvera les fleurs de la vie, mais sous chaque fleur, un serpent lové.
« Le nom de la troisième salle est SAGESSE ; au-delà, s'étendent les eaux sans rivage d'Akshara [l'Impérissable, le Soi suprême], l'indestructible Source d'Omniscience [la région de pleine Conscience Spirituelle]... »
Et aussi : « Fuis l'ignorance et fuis également l'illusion... mais à l'intérieur de ton corps, tabernacle de tes sensations, cherche dans l'Impersonnel, l'« Homme Eternel » et l'ayant trouvé, regarde en-dedans : tu es Bouddha... »
« Vivre au bénéfice du genre humain est le premier pas. Pratiquer les six vertus glorieuses [les Pâramitâ : les vertus transcendantes ou cardinales] est le second ».
« Doux sont les fruits du Repos et de la Libération obtenus pour Soi ; mais plus doux encore sont ceux du long et amer devoir. Oui, les fruits du renoncement pour le bien des autres, pour l'amour des frères qui souffrent. » – H.P. Blavatsky, La Voix du Silence, pp. 20-1, 42-3, 50, 61.

La vie est un long pèlerinage ou chaque entité progresse, durant un univers, en passant par tous les états de conscience : « [C'est] le pèlerinage obligatoire pour toute Âme — étincelle de la SUR-ÂME universelle [le SOI Universel] — tout au long du Cycle de l'Incarnation (ou de "Nécessité") conformément à la loi Cyclique et Karmique, pendant la période tout entière [d'un univers]. En d'autres mots... aucune Âme divine ne peut avoir une existence indépendante (consciente) avant [qu'elle]... (a) ne soit passée par chaque forme élémentale du monde phénoménal de [cet univers] et (b) n'ait acquis l'individualité, d'abord par impulsion naturelle, puis par des efforts auto-induits et auto-déterminés (contrôlés par son Karma), en s'élevant ainsi à travers tous les degrés d'intelligence, du Manas [le Mental] le plus bas au plus élevé, du minéral et de la plante jusqu'au plus saint archange (Dhyani-Buddha). La doctrine pivotale de la philosophie Ésotérique n'admet aucun privilège ni don spécial pour l'homme, sauf ceux gagnés par son propre Ego du fait de son effort et de son mérite personnels au cours d'une longue série de métempsychoses et de réincarnations. » - H.P. Blavatsky, La Doctrine Secrète, p. 17.

C'est l'éveil progressif à un état de conscience impersonnel et fraternel et c'est dans ce but que la Loge Unie des Théosophes indique, dans sa Déclaration, que « son travail et son but consistent à propager les principes fondamentaux de la philosophie de la Théosophie et à donner l'exemple de la mise en pratique de ces principes par une réalisation plus vraie du SOI, et par une conviction plus profonde de la Fraternité Universelle. »

Les obstacles et opportunités sur le chemin de l'éveil
W.Q. Judge dans les Aphorismes de Patañjali, explique que les désirs et les passions sont les usurpateurs des pouvoirs de l'Âme, qui est trompée par eux ; ils altèrent la Conscience de l'Âme (l'Ego spirituel).
C'est ainsi qu'il est écrit dans la Baghavad-Gîtâ, VI, 5 « Il doit élever le soi [inférieur] par le Soi [supérieur], sans jamais souffrir l'avilissement du Soi ; car le Soi est l'ami du soi, et également le soi est son propre ennemi ».

Le plus haut état de conscience : la Compassion des Maîtres qui forment le « Mur Gardien »
« La COMPASSION n'est pas un attribut, c'est la LOI des LOIS, L'Harmonie éternelle, le SOI d'Âlaya [l'Âme Universelle] : essence universelle et sans rivage, c'est la lumière de l'immuable Justice et de l'harmonieuse disposition de chaque chose dans le tout, la loi de l'éternel Amour. » - « Volontairement condamné à vivre à travers les [cycles] futurs, loin des regards et de la reconnaissance des hommes, assujetti comme une pierre entre les autres pierres sans nombre qui forment le « Mur Gardien », tel est ton avenir si tu passes la septième Porte. Construit par les mains de nombreux Maîtres de Compassion, érigé par leurs tortures, par leur sang cimenté, ce mur abrite le genre humain depuis que l'homme est homme et le protège contre des misères et douleurs potentielles encore plus grandes. » H.P. Blavatsky, La Voix du Silence, pp. 92 et 89-90.

top-iconRetour en Hauttop-icon