Samedi 23 Septembre 2017

Mis à jour le Sam. 23 Sep. 2017 à 09:43

Retour Cœur de la Théosophie L'éducation un enjeu vital pour l'humanité

L'éducation un enjeu vital pour l'humanité

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

L'éducation, un enjeu vital pour l'humanité
Un devoir de vérité au service l'homme
L'UNESCO souligne que « l'enseignement et l'apprentissage sont essentiels pour le développement dans un monde qui change rapidement ». Son rapport expliquera « comment un investissement judicieux dans les enseignants et d'autres réformes visant à renforcer l'équité dans l'apprentissage transforment les perspectives à long terme des individus et des sociétés. » (Rapport mondial 2013 de suivi sur l'Education pour tous)
A cela, la Théosophie ajoute que l'enfant est une âme ancienne dans un nouveau corps. Cette dimension spirituelle se traduit par l'intégration de l'éthique et l'altruisme dans toute éducation, que celle-ci soit à l'intention des jeunes, des adultes, des parents ou des éducateurs. Pour H.P. Blavatsky, le véritable objectif de toute éducation réelle est « de cultiver et de développer le mental dans la bonne direction..., de fortifier la volonté, d'inculquer l'amour du prochain et les sentiments de solidarité et de fraternité, et, de cette manière, de former et de préparer le caractère pour la vie pratique, » et d'être non sectaire. Ceci contraste avec un système d'éducation presque mécanique, « une machine automatique qui vise à développer l'intellect » et la mémoire physique.


Dès les premières années, l'éducation « morale » visera à sensibiliser l'enfant à la Nature : à reconnaître que derrière tout objet ou être, se trouve d'innombrables forces qui coopèrent. Par exemple le soleil se lève tous les matins et apporte énergie et lumière. Dans la Bhagavad-Gita (chapitre II), cette dynamique est appelée le « sacrifice ». Autre exemple, le pain quotidien : il est fabriqué à partir de la farine de blé, qui provient de la semence cultivée dans la terre, nourrie par l'eau, la pluie, le soleil et le vent. À ce cycle, il faut ajouter tous les efforts des hommes qui ont permis que ce pain se trouve à notre table.
L'enfant reconnaît aisément que l'Univers est un ensemble organisé, cohérent, sensible et intelligent. Chaque homme a certes des droits mais également des devoirs et des responsabilités envers son entourage. S'il perturbe l'équilibre, il éprouvera de la souffrance, lorsque la Nature restaurera l'harmonie. L'intelligence de la nature est perceptible partout, dans toutes ses dimensions (physiques, émotionnelles, intellectuelles et spirituelles). « Infligez une blessure à la tige d'une plante, et il est évident que toutes les pousses et toutes les feuilles en souffriront. Il en est de même avec l'humanité » – (La Clef de la Théosophie, p 60)
« C'est le devoir de tous les théosophes de contribuer par tous les moyens pratiques, et dans tous les pays, à répandre une éducation non sectaire. » (...) « Mais il n'y a pas de jeunes gens qui soient libres penseurs [c.-à-d., capables de penser librement] ; et, généralement, la première éducation qu'ils reçoivent les marque d'une empreinte qui leur laisse un mental étroit et déformé. » – H.P. Blavatsky, La Clef de la Théosophie, pp. 57 et 283.
Il s'agit de semer les bonnes graines car « l'essentiel est de détruire la source la plus fertile de tout crime et de toute immoralité : la croyance que les hommes peuvent échapper aux conséquences de leurs propres actions. Faites-leur comprendre... la vérité des lois de karma et de ré-incarnation, les plus grandes d'entre toutes les lois, et ils réaliseront en eux-mêmes la vraie dignité de la nature humaine, et ils se détourneront du mal en l'évitant. » – La Clef de la Théosophie, pp. 261/2.
L'éducation vise à développer la confiance en soi : « Chaque enfant doit apprendre à se tenir debout, à manger, réfléchir et analyser par lui-même. Certes l'enseignement sera une aide mais l'effort doit venir de l'intérieur. « Le premier besoin... est d'apprendre à penser... On ne peut atteindre la vraie sagesse que par le développement qui commence à l'intérieur de soi-même. » – W.Q. Judge, Les Lettres qui m'ont aidé, pp. II et 150.
« Ce qu'il faudrait enseigner aux enfants, par-dessus tout, c'est la confiance en soi, l'amour de tous les hommes, l'altruisme, la charité mutuelle ; et surtout, il faudrait les habituer à penser et à raisonner par eux-mêmes. ». La Clef de la Théosophie, pp. 283-4.
La relation parents-enfants devrait s'efforcer de refléter un esprit de respect mutuel et l'écoute sont les bases d'un dialogue d'âme à âme. « C'est vrai, bien sûr, que nous ne sommes pas parfaits, cependant, tout en étant pas parfaits, il n'est pas exact que nous soyons incapables de donner aux enfants un enseignement aussi proche que possible de la perfection ; il se pourrait qu'ils soient plus parfaits que nous et qu'ils fassent un meilleur usage de cet enseignement quand nous leur donnons. [...] Enseignez-lui tout ce que vous voulez en ce qui concerne la loi, l'éthique, et le devoir. [...] Avec le temps, en vivant dans une atmosphère où la vérité authentique des choses est enseignée et adoptée, son âme s'épanouira. » – Les Lettres qui m'ont aidé, p. 209.

top-iconRetour en Hauttop-icon